• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Hervé Hum Hervé Hum 15 février 2016 09:25

@Joseph

Heureux de voir que nous commençons vraiment à nous synchroniser

Je finirai avec ce commentaire sous cet article et irai sur votre blog si vous voulez continuer.

Dès l’instant où nous partageons le même objectif, on doit forcément arriver à la même solution étant donnée que le problème posé est unique. La difficulté étant de se synchroniser au niveau du vocabulaire utilité et de maîtriser le sens.

j’écris, abolir la propriété économique, pour modifier l’environnement économique dans le but de la cohésion sociale, donc de l’environnement social et aussui vis à vis de notre environnement disons éthologique, donc, de la relation humaine avec les autres formes de vies. C’est une démarche holistique où on ne peut oublier personne, donc, y compris les autres formes de vie.

J’écris surtout qu’il est vain et impossible d’abolir la propriété économique sans lui trouver un substitut au moins égal en valeur et je ne connais que la responsabilité qui lui soit supérieur. (capacité de répondre de ses droits et devoirs envers autrui).

Pour la majorité des gens, très bien conditionnés et manipulés par les manipulateurs de l’environnement économique (je ne parlerai pas des propriétaires pour ne pas généraliser et mélanger le grain de l’ivraie) passer d’une économie fondé sur la propriété à la responsabilité est comme un saut dans l’inconnu. Et la seule chose qui puisse être pire que l’inconnu pour une personne grégaire, c’est la mort. Soit par la guerre, soit par la faim

Ce n’est donc que la situation extrême qui pousse à vouloir risquer le changement et cela fonctionne pour moi de la même manière !

Donc, à cet instant où nous communiquons, la nécessité paraît trop faible, mais risque de surgir d’un coup, par une faillite généralisée des systèmes monétaires qui ne pourront pas tenir encore très longtemps. Même si personne ne le veut car c’est provoquer un séisme planétaire et donc, tout le monde se regarde actuellement en chien de faience, attendant celui qui commettra l’irréparable, parce que personne ne veut perdre sa position dominante. Sauf qu’en attendant, la situation environnementale sociale, économique, écologique et éthologique continuent de se dégrader, toujours plus dangereusement

A ce moment là et seulement à ce moment précis, il sera alors possible de faire adhérer la majorité des humains à ce changement vers la responsabilité. Celle ci ne dépossède pas de la propriété, mais la déplace de l’environnement économique, commun par nature, vers son environnement propre qu’est son temps de vie, personnel par nature (lieu de la souveraineté). Dans un environnement économique maitrisé (dit aussi post industrielle) autant que limité, celui ci devient la valeur commune à tous les groupes formant les nations et dès lors, il devient comme une évidence de toujours qu’il faille coopérer les uns les autres et où c’est la responsabilité individuelle et collective qui définit les règles de répartition des richesses et non plus la capacité d’exploiter les êtres vivants.

Cela veut dire que plus personne ne peut s’approprier le temps de vie d’autrui pour son propre compte, comme avec la propriété de l’environnement économique.

Pour comprendre mieux les bases de cette approche suivant strictement le principe de relation de causalité (donc, pas mon idée propre), je vous invite à lire mes articles.

En commençant par « droits, devoirs et responsabilité » , puis « droits, devoirs, responsabilité et nouveau paradigme », puis « la monnaie du XXIème siècle, la révolution des citoyens responsables ». Les derniers articles portent sur la monnaie, car elle est devenu l’instrument de maîtrise de l’environnement économique et social. Mais je vous rejoins sur le fait que c’est bien par le biais de l’environnement social que l’on peut changer l’économie, mais parce qu’on aura identifié la propriété économique comme la raison de la violence systémique entre les groupes sociaux.Que l’on peut constater aussi pour les sociétés de chasseurs cueilleurs.

C’est donc la relation de causalité entre l’environnement économique et social qui détermine la conscience politique et le système de régulation des conflits internes à toute société. Qui définit l’éthique sociale et la manière dont est répartie la richesse produite.

A plus...

PS : si vous ne lisez pas les trois articles mis en lien ci-dessus,inutile de poursuivre sur votre blog ! aussi, merci de laisser un commentaire sous un de ces articles pour poursuivre sur votre blog.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès