• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


oncle archibald 27 février 2016 15:30

Cet exhibitionnisme que nous propose Double Débrayage c’est exactement le contraire de ce que nous chante Brassens :

Je vivais à l’écart de la place publique,
Serein, contemplatif, ténébreux, bucolique...
Refusant d’acquitter la rançon de la gloire,
Sur mon brin de laurier je dormais comme un loir.
Les gens de bon conseil ont su me faire comprendre
Qu’à l’homme de la rue j’avais des comptes à rendre
Et que, sous peine de choir dans un oubli complet,
J’devais mettre au grand jour tous mes petits secrets.

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !

Mais qu’ils fassent ce qu’ils veulent chez eux les déglingués de la glande, et si possible que l’on n’en sache rien. Vive Georges !

A toute exhibition, ma nature est rétive,
Souffrant d’une modestie quasiment maladive,
Je ne fais voir mes organes procréateurs
A personne, excepté mes femmes et mes docteurs.
Dois-je, pour défrayer la chronique des scandales,
Battre le tambour avec mes parties génitales,
Dois-je les arborer plus ostensiblement,
Comme un enfant de chœur porte un saint sacrement ?

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès