• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Pentcho Valev 23 février 2016 22:08

Voici un défi inattendu : En 1887 l’expérience de Michelson-Morley confirma, sans équivoque, la variation de la vitesse de la lumière prédite par la théorie de l’émission de Newton (c’=c+v) : 

www.amazon.ca/Introduction-relativit%C3%A9-James-H-Smith/dp/B003YEIA3S 
 James H. Smith, « Introduction à la relativité », édition française dirigée par Jean-Marc Lévy-Leblond, pp. 39-41 : « Si la lumière était un flot de particules mécaniques obéissant aux lois de la mécanique, il n’y aurait aucune difficulté à comprendre les résultats de l’expérience de Michelson-Morley.... Supposons, par exemple, qu’une fusée se déplace avec une vitesse (1/2)c par rapport à un observateur et qu’un rayon de lumière parte de son nez. Si la vitesse de la lumière signifiait vitesse des »particules« de la lumière par rapport à leur source, alors ces »particules« de lumière se déplaceraient à la vitesse c/2+c=(3/2)c par rapport à l’observateur. Mais ce comportement ne ressemble pas du tout à celui d’une onde, car les ondes se propagent à une certaine vitesse par rapport au milieu dans lequel elles se développent et non pas à une certaine vitesse par rapport à leur source. (...) Il nous faut insister sur le fait suivant : QUAND EINSTEIN PROPOSA QUE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE SOIT INDÉPENDANTE DE CELLE DE LA SOURCE, IL N’EN EXISTAIT AUCUNE PREUVE EXPÉRIMENTALE. » 

www.decitre.fr/livres/La-relativite.aspx/9782842450199 
 Banesh Hoffmann, « La relativité, histoire d’une grande idée », Pour la Science, Paris, 1999, p. 112 : « De plus, si l’on admet que la lumière est constituée de particules, comme Einstein l’avait suggéré dans son premier article, 13 semaines plus tôt, le second principe parait absurde : une pierre jetée d’un train qui roule très vite fait bien plus de dégâts que si on la jette d’un train a l’arrêt. Or, d’après Einstein, la vitesse d’une certaine particule ne serait pas indépendante du mouvement du corps qui l’émet ! Si nous considérons que la lumière est composée de particules qui obéissent aux lois de Newton, ces particules se conformeront à la relativité newtonienne. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de recourir à la contraction des longueurs, au temps local ou à la transformation de Lorentz pour expliquer l’échec de l’expérience de Michelson-Morley. Einstein, comme nous l’avons vu, résista cependant à la tentation d’expliquer ces échecs à l’aide des idées newtoniennes, simples et familières. Il introduisit son second postulat, plus ou moins évident lorsqu’on pensait en termes d’ondes dans l’éther. » 

www.pitt.edu/ jdnorton/papers/companion_final.pdf 
 John Norton : « These efforts were long misled by an exaggeration of the importance of one experiment, the Michelson-Morley experiment, even though Einstein later had trouble recalling if he even knew of the experiment prior to his 1905 paper. This one experiment, in isolation, has little force. Its null result happened to be fully compatible with Newton’s own emission theory of light. Located in the context of late 19th century electrodynamics when ether-based, wave theories of light predominated, however, it presented a serious problem that exercised the greatest theoretician of the day. » 

philsci-archive.pitt.edu/1743/2/Norton.pdf 
 John Norton : « The Michelson-Morley experiment is fully compatible with an emission theory of light that CONTRADICTS THE LIGHT POSTULATE. » 

Pentcho Valev


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès