• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Plum’ 12 mai 2016 17:27

@al37
Ce discours n’est pas celui de l’Etat, il est proche de celui la SEPANT (repris par les Verts EELV), association environnementale qui prône une politique hydrologique de déversoirs pour apaiser les crues.

Il s’agit effectivement de « Ne pas bloquer l’eau », c’est ce qu’on appelle aussi le « décompartimentage ». Les digues seraient donc dangereuses et à ouvrir rapidement. C’est ce qu’a demandé la SEPANT en amont de St Pierre des Corps (Conneuil...), ce qui est évidemment refusé par les élus de cette commune et ceux, en amont, de La Ville aux Dames et Montlouis. Cette stratégie sur une zone élargie est donc irréalisable. Elle s’avère très dangereuse si l’ouverture ne se fait qu’entre St Pierre des Corps et Tours, là où le maire, plus inconscient que ceux en amont s’est fait gruger.

Transformer une agglomération en déversoir relève de l’inconscience et n’existe nulle part. Un déversoir est destiné à stocker l’eau dans le cours amont d’un fleuve, là où les enjeux sont nuls (aucun peuplement) afin de protéger les agglomérations en aval. Par exemple, il existe deux déversoirs en aval de Tours, Villandry et la Chapelle aux Naux, dans des zones vides afin de protéger Saumur, Angers...

L’Etat refuse heureusement d’aller pleinement en ce sens en amont de St Pierre, tout en s’en inspirant quand il déclare la « mise en transparence » de la digue du Canal pour ôter « un obstacle à l’étalement de l’eau ». En cela il est en pleine incohérence, ou plutôt, il a des idées derrière la tête...

Autres contre-vérités :
- La digue du Canal n’est pas du tout un « vestige de l’ancien Canal » Elle a été créée en 1860 sur la levée sud du canal (qui avait cédé en 1856, mais avait stoppé la crue de 1845). Cf. coupe. Elle est très solide, renforcée au début du XXème et vers 1970 par le remblai de l’autoroute. Cette fragilité est une fable véhiculée par l’Etat, qui pourtant en 2011, par une visite technique, l’a déclarée « très peu dégradée »
- La digue créerait plus de dégâts que l’inverse ? Oui, à en croire l’étude de 2013, mais dans un seul cas, millénal, où l’eau atteindrai 52 m.

Ne pas oublier aussi que :
- L’étude de dangers montre que la digue du Canal est un ouvrage à double effet : protecteur de Tours en cas de crue amont, et de St Pierre des Corps en cas de crue aval
- Une zone d’écoulement préférentielle pour des crues centennales est davantage à craindre que des zones de dissipation d’énergie (par rupture de digue) pour des crues millénales .

Pour plus d’infos : l’évaluation de l’Aquavit et 3000 pages de l’étude de dangers de 2013

Pour revenir aux élus EELV, il est déjà difficile d’accepter qu’ils s’appuient sur une stratégie irréalisable, mais il est incompréhensible qu’ils soient silencieux face à toutes les manipulations de l’Etat. Comment peut-on d’un côté prôner la citoyenneté, la démocratie, le respect et d’un autre côté valider par son silence toutes ces irérgularités arbitraires. Voici ce qu’a dit un élu vert au dernier conseil municipal : « Tours est inondable, les choses sont claires. Il faut maintenant se préparer et accompagner ce PPRI d’une stratégie locale du risque d’inondation. » Bien sûr que Tours est inondable, il l’a toujours été, même en 2001, mais avec un risque faible, millénal. Quant à la stratégie locale (SLGRI), elle est à définir avant tout déclassement, bien sur, pas après ! Et de dire oui à un plan arbitraire qui décuple les risques d’inondation. Comment peut-on avoir des élus aussi irresponsables qui jouent avec les mots au mépris de la sécurité des biens et des personnes ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès