• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Pascal L 27 août 2016 21:22

@Pyrathome
Pour les conclusions ce n’est pas trop faux, mais la BCE imprime bien ses billets et les loue aux banques commerciales.

Le hic, c’est que les banques commerciales ne peuvent les faire circuler directement. Il sont censés servir de caution à une création monétaire scripturale qui elle, est électronique. En vérité, ces billets sont imprimés sans aucune contrepartie, il ne peuvent servir de caution à rien du tout. La « création » monétaire par la banque commerciale ne se fait pas en échange de bien ou de richesse, ni même en échange de ces billets, elle se fait uniquement en échange d’une dette qui n’est une richesse que pour la banque. Donc sans création de dette, pas de circulation monétaire. Il se trouve que les banques ont à peu près exploité tous les filons possible de création de dette, alors leurs billets inutilisés leur reste sur les bras et c’est ballot. Pas trop grave, puisqu’il peuvent faire eux-même un emprunt (qui avait dit « pas de confusion entre banque d’affaire et banque de dépôt » ?) pour le placer sur des places de marchés sur des placements tellement courts qu’on a pas le temps de s’en apercevoir. Inutile de préciser qu’à cette vitesse, on n’a pas le temps de créer de la richesse.

A par ça, quand on y regarde de plus près (chiffres tout à fait disponibles Internet), on s’aperçoit que la dette (privée + publique) qui a été créé par les banques est plus du double de la monnaie scripturale en circulation. Autrement dit, il y a de l’évaporation et on aura pas remboursé la moitié des dettes que tous les comptes bancaires seront vides. Ce n’est pas grave, se dise les financiers, parce que vous pourrez toujours emprunter pour payer les dettes et finalement la maison que vous croyez posséder n’est peut-être pas si mal (pour eux).

La valeur des billets imprimés par la BCE n’a de vrai valeur que par l’assurance que les dettes seront bien remboursées, y compris avec votre maison et non l’inverse. On pourrait donc supprimer la BCE sans que l’économie s’en trouve bouleversée et on aura déjà gagné un étage de prédation.

La Deutsche Bank prépare les contribuable allemands à un probable renflouement (à un niveau qui peut être supérieur au PIB allemand), je n’entends rien du côté des banques française. Ont-elles perdue la parole ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès