• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Alren Alren 19 décembre 2016 14:57

@Sparker

Les scientifiques savaient dès avant 1940 que la production d’énergie avec l’uranium serait périlleuse, toujours sous la menace d’une réaction en chaîne incontrôlée.
S’ils ont persisté avec ce métal, c’est d’ailleurs parce que cette possibilité de réaction en chaîne pouvait permettre la fabrication d’une bombe.
La bombe A, « allumette » de la bombe H étant moins coûteuse à produire avec du plutonium, les centrales nucléaires civiles furent conçues pour laisser du plutonium comme résidu.

Il y a du plutonium dans toutes les bombes H stockées par les puissances nucléaires. Et comme il y règne une certaine radioactivité, il faut en renouveler la charge régulièrement. Autrement dit, si l’on veut garder des bombes susceptibles d’exploser, il faut continuer de produire du plutonium « frais ». Sinon, après dix ans elles seraient bonnes pour la poubelle.

Mais il existe un autre métal susceptible de fournir autant d’énergie que l’on voudra, un métal dans lequel il ne peut y avoir de réaction en chaîne, c’est le thorium.
Inévitablement du fait de la formule E = mc ², on aura recours à lui. Les pays qui maîtriseront la filière, pays qui auront du personnel ayant une grande expérience du nucléaire (la France ?), ramasseront un pactole à l’exportation.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès