• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Pauline pas Bismutée 20 septembre 2017 18:23

@ Trelawney

Mon commentaire ne concernait pas les coûts et pourcentages (je n’ai ni le niveau ni les connaissances) mais les conséquences d’un système publique sur la santé des patients.

Système que je connais bien, j’y ai travaille pendant dix ans.

Donc, en Australie, pour les opérations « non urgentes », ça marche comme ça :

- Visite chez toubib, examens, tests, oups, il vous faut voir un spécialiste (il se peut qu’aucun spécialiste ne puisse vous prendre, alors la, évidemment, pas de liste d’attente, c’est tant pis pour vous)... sinon
première liste d’attente (pour voir un spécialiste)

- Visite chez le spécialiste, oups, il vous faut voir un chirurgien ; deuxième liste d’attente (pour voir un chirurgien)

- Visite chez le chirurgien, qui décide que vous avez besoin d’une opération ; vous l’avez deviné, il vous inscrit sur une ... liste d’attente (la troisième) AVEC UNE DATE PROVISOIRE DE CHIRURGIE (date qui peut être repoussée plusieurs fois pour des raisons diverses) LES DÉLAIS OFFICIELS SONT COMPTÉS A PARTIR DE CETTE DATE LA.

Et, croyez moi, c’est la version speedy Gonzales ... (en plus, ça fait trois fois que je retape le texte -/ )

Un neurochirurgien réputé, le Dr Robert Owler, avait mème écrit un article a ce sujet (les "waiting lists) il y a quelques années (j’essaierai de le retrouver)


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès