• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Luniterre 12 février 2017 02:45

 

Bonjour,

Ce texte, en fait, semble être paru en premier sur Sputnik News...

https://fr.sputniknews.com/blogs/201609291027957906-trotsky-soumission-europeenne-usa/

Pourquoi ne pas le mentionner, ainsi que le nom de l’auteur : Nicolas Bonnal  ?

https://fr.sputniknews.com/blogs/nicolas_bonnal/

Ceci dit, c’est un montage très amusant de quelques bouts de phrases de Trotsky, essentiellement extraits des deux textes suivants :

https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/europeameric/eur1.htm  (1924)

https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/europeameric/eur2.htm  (1926)

Qu’en est-il réellement de la « brillante » analyse de Trotsky ? Ces bouts de phrases juxtaposés résument-ils réellement sa pensée ?

Incontestablement, il avait passé beaucoup de temps sur le sujet et accumulé une connaissance détaillée, sur le plan économique, des USA et de l’Europe.

Par contre, même si on l’a « oublié » trop vite, l’intervention US de 1918 sur le front français a été très visiblement (*) plus décisive, concernant la victoire, que celle de 1944, qui n’a fait qu’avancer la chute inéluctable de l’Allemagne nazie...

Donc Trotsky ne fait que formuler une évidence, à l’époque, quant à l’emprise naissante des USA sur l’Europe...

Mais où veut-il en venir politiquement, et sur la base de quelle analyse ?


Les rapports d’inféodation entre nations impérialistes inégales sont une chose, et les rapports entre un impérialisme et ses colonies, une autre. D’un point de vue marxiste-léniniste, qui aurait du être celui de Trosky, c’est une évidence, mais en fait, il mélange précisément les deux, d’où ces « bouts de phrases » qui permettent les propos ad-hoc de Nicolas Bonnal...

En fait, et contre l’évidence, tant en 1924 qu’en 1926, Trotsky veut y voir les prémisses d’une révolution européenne ...des "États Unis d’Europe", qui s’opposeraient aux USA... !!


************************Trotsky :

"La résistance des ouvriers européens au maître de leurs maîtres, au capital américain, deviendra de plus en plus centralisée. L’importance directe, pratique, combative du mot d’ordre de la révolution européenne et de sa forme étatique " Etats-Unis d’Europe " deviendra de plus en plus évidente aux ouvriers européens."

****************************

Le mieux est d’étudier ses textes,en allant à l’essentiel, sous le vernis « brillant » de son érudition, pour comprendre son erreur...

Pas différente en 1926 :

****************Trotsky :

 "L’Amérique ne laissera pas l’Europe capitaliste se relever. C’est là l’élément de révolutionnement que constitue maintenant la puissance capitaliste américaine. Quelques fluctuations politiques qu’ait à subir l’Europe, elle restera dans une situation économique sans issue. C’est là un fait essentiel, et ce fait, un an plus tôt ou un an plus tard, poussera le prolétariat dans la voie révolutionnaire."

*********************

Tenter d’entrainer l’URSS dans une guerre sans issue, telle est le propos sous-jacent, à peine voilé, de Trotsky...

En réalité, en 1926, Trotsky avait non seulement perdu pied dans les questions internationales, mais aussi, et par voie de conséquence, sur le plan intérieur, car sa politique mettait le socialisme naissant en danger et les soviétiques de base en avaient déjà pris conscience, comme en témoigne Harry Haywood, étudiant afro-américain en URSS à l’époque :

*******************Harry Haywood :

"It had not always been thus. Otto told me that in 1924, a year before he arrived, a majority of the students in the school had been supporters of Trotsky. Trotsky was making a play for the Party youth, in opposition to the older Bolshevik stalwarts. With his usual demagogy, he claimed that the old leadership was betraying the revolution and had embarked on a course of « Thermidorian reaction. » In this situation, he said, the students and youth were "the Party’s truest barometer."

But by the time the Black American students arrived, the temporary attraction to Trotsky had been reversed. The issues involved in the struggle with Trotsky were discussed in the school. They involved the destiny of socialism in the Soviet Union. Which way were the Soviet people to go ? What was to be the direction of their economic development ? Was it possible to build a socialist economic system ? These questions were not only theoretical ones, but were issues of life and death. The economic life of the country would not stand still and wait while they were being debated. "


*****************source :

https://www.marxists.org/archive/haywood/black-bolshevik/ch06.htm

Extrait de « Black Bolshevik », version intégrale :

https://drive.google.com/file/d/0B7trXEFcZimVdmgwYThhUDRhVHc/view

Un document historique exceptionnel. De quoi remettre les discours « brillants » en face de la réalité...

Le paradoxe, aujourd’hui, c’est que les propos de Trotsky, supposé « internationaliste », mais ainsi « sélectionnés » par Nicolas Bonnal, font, sur le net, les choux gras de tous les pseudos « marxistes » adeptes du social-chauvinisme !!

Bonne lecture.

Luniterre

**************

( *  https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tats-Unis_dans_la_Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale

 " Lors de l’armistice, le 11 novembre 1918, environ 2 millions de soldats américains étaient en France répartis dans 42 divisions, dont 1 million déjà engagé dans les combats. Deux autres millions étaient aux États-Unis dans les camps d’entraînement. Les plans prévus par Foch, Pétain et Pershing pour 1919 prévoyaient l’engagement de 4,5 millions de soldats américains dans les offensives de la victoire qui les mèneraient au cœur de l’Allemagne." )


**************************************



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès