• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


 
 
LES AVENTURES CRÉTINES DU PITHÉCANTHROPE CRASSANEL
 
Épisode 10 : Le chat Schrödinger devient gourou
 
Pour le chat Monod, il y avait autant de chance que survienne la vie dans l’Espace, que pour le valet pithécanthrope Crassanel de réciter les 10000 premières décimales de Pi. Aussi il fallait être fataliste et ne pas chercher la toute puissance de la technique. De toute façon le soleil finirait en grosse Baudruche rosée, comme le chef ignare des soumis qui se piquait de philo, et la Terre, champ de bataille, au final serait détruite, donc pas la peine de s’exciter .... Pour son frère Jonas, au vu de la toute puissance transhumaniste il ne fallait pas risquer la cata (comme avec le nucléaire, la peur de la larve)... en fait de ne pas risquer de ne plus être des bonobobos... En fait, pour les pieux naturalistes bonobobo verts, la Terre était sacrée, un panthéisme pithécanthrope. Et pour les autres théologiens plus classiques, c’était l’homme, création de Dieu, qui était sacré ; Les humanistes, une version moderne du prêtre stinerien, croyaient que l’homme était leur propre création, et leur bobo indépassable dans le droitdelhommisme ... et d’ailleurs eux seuls savaient le Juste, le troupeau de gueux était crétin tautologiquement. Bref des trouillards où des obscurantistes snobinards.
 
Aussi le chat Schrödinger inventa une religion, la théodicée du Cyborg, spécialement pour les gueux.
 
« La douleur est dans l’ombre du pithécanthrope. » Maître Schrödinger, Épître aux gueux.
 
Bobo ne croyait pas au substrat immatériel du chat Aspect, aussi sa morale était posée sur ce vide même. La dissection biologique et physicienne du Pithécanthrope dit tout du tas de viande. Les mots ronflants, ronronnant, des bonobobo crétins, ces termes sécularisés dans la raison, empathie, peuple, identité, universalisme étaient donc dorénavant vide de sens et de justification transcendantale, juste branlette, exhibition de sa dévotion au « dit » convivial cher à Capital, au consensus du Marché, au statu quo des libidineux. Le chat Kant était mort depuis longtemps, et le champ technique, dernier territoire élyséen, après les terres brûlées de la théologie, de la politique et du social, était libre pour une nouvelle religion.
 
Ainsi naquit le cyborg chat. L’œil était revenu dans la tombe du narcissique ultime, il le regarda amusé et lui dit :
 
« Dieu a mis en toi la Volonté de Puissance. Aussi es tu libre de changer d’espèce, d’abandonner bonobobo ver à la contingence de la Nature des mortels et aux moustiques. Et si les gardiens du Temple, s’arrogeant le terme de savant, te disent qu’eux savent ce qu’est l’Homme, réponds leurs que tu ne veux plus être ce poulet déplumé... mais un cyborg métallique et froid dans sa toute puissance, sans compassion, sans pitié à donner où recevoir, bref sans droit de l’homme . »
 
’Le serpent de la connaissance’ Maître chat Schrödinger


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès