• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Onecinikiou 7 mars 2017 01:12

@FAWKES

« Mais laissons Asselineau apparaître et présenter ses idées à tous les français. 
Observons comment les médias vont tenter de le discréditer de manière totalement contre-productive. »

Autant je trouve scandaleux qu’Asselineau ne puisse formuler ses idées sur quasi aucun médias grands publics, autant je suis certain que la propagande du système, sa propension à disqualifier les adversaires qu’ils lui déplaisent et à promouvoir ceux qui ont tendance à défendre ses intérêts, fonctionne. 

Il est dépensé chaque année rien qu’en France 30 milliard d’€ de publicité. Posez-vous la question : si la publicité ne fonctionnait pas, n’avait pas la moindre influence notamment en terme de déclenchement de pulsions d’achat et d’accumulation, de création et d’orientation des désirs, pensez-vous sérieusement que les entreprises qui y ont recours y dépenserait autant d’argent, à fond perdu ? Poser la question c’est y répondre. Les entreprises sont rationnelles, et la publicité fonctionne.

Et si la publicité fonctionne (objet de la digression), c’est que la propagande médiatique en et hors période électorale fonctionne tout autant. D’où le rôle déterminant du discours légitimateur assigné à l’idéologie dominante, qui fait flores sur les médias du même adjectif. 

« Si les médias lui laissent un peu d’espace (ils y seront plus ou moins obligés) et surtout l’occasion de débattre avec ses contradicteurs, alors, je peux vous certifier que beaucoup d’électeurs comprendront les véritables enjeux et l’arnaque (et je pèse mes mots) des autres candidatures. »

Mais vous rêvez éveillé mon cher. Jean-Marie Le Pen a passé ces trois dernières décennies a tenté de convaincre ses compatriotes du bien-fondé de son projet politique, de la pertinence de ses analyses de fond, de ses prévisions qui se sont toutes révélées justes a posteriori, avec non seulement un charisme, un courage et une lucidité bien supérieurs à ceux d’Asselineau, mais au moyen d’une formation politique bien plus étoffée que l’UPR : il a fait choux blanc devant la colossale adversité d’un système surpuissant qui a tout à perdre de voir remis en cause ses prérogatives, sa mainmise politique, et révolutionner son modèle socio-économique qui lui assure de confortables subsides.

Système qui comprend le monde médiatico-politique mais pas seulement, étant entendu qu’il faille lui adjoindre les réseaux de puissance qui sont ses véritables mandants et commanditaires tels que les cercles de réflexions euro-mondialistes, les loges affairistes, les lobbys communautaires (suivez mon regard), l’actionnariat apatride, la Banque, certaines chancelleries étrangères (dont au premier chef l’Empire américain et ses supplétifs), et évidemment les éternels idiots utiles de tous ceux-là mais dont l’influence néfaste est non moins réelle et prégnante, que sont le monde universitaire, les corporations syndicales, les rentiers de l’antiracisme, les ligues de vertu pseudo-antifascistes, les faux artistes et faux intellectuels, le culturo-mondains etc... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès