• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 13 octobre 2017 18:43

@ l’auteur

Merci pour cet article.
Votre courrier a bien quelques défauts mais il a surtout le mérite d’exister. Ce n’est jamais une mauvaise chose que d’inciter au respect du principe de précaution.
 
Ceci étant, les précédents commentateurs ont chacun à leur manière bien raison : il serait vain ici de compter sur un quelconque impact démocratique dès lors que nous vivons dans l’état d’urgence permanent avec la nouvelle loi destinée à... sortir de l’état d’urgence. L’IA bas de gamme, (cad, les petits mécanismes calculateurs qu’on pourra mettre un peu partout), servira à nous espionner tous azimuts sans coup frérir vu que les citoyens avalent toutes les couleuvres sous couvert de lutter contre le terrrorisme.
 
Pour le reste, cad, concernant l’IA haut de gamme, celle qui ne se réduit pas à la puissance de calcul et à de l’optimisation algorithimique de fonctions bien identifiées, elle est encore dans les limbes. Nous ne savons pas faire un animat qui aurait l’intelligence d’un cafard. Alors il fera chaud avant que nous soyons mis en danger par une « conscience artificielle ».
Par contre, l’exploitation maximale que les militaires tenteront de faire de l’IA bas de gamme pourra mener à des dérives dangereuses qui sans atteindre le niveau de « skynet » ou de « eagle eyes », pourraient quand même nous mettre dans un sacré pétrin. Mais là encore, il n’y a plus de démocratie, alors il nous faudra subir la bêtise de l’homme et rien que de l’homme.
 
Fondamentalement, pallas a raison : tous ces gugus du transhumanisme vont nous bassiner durant des décennies avant qu’on ait sérieusement à s’inquiéter de leurs délires. Le dépassement du corps humain se paiera au prix fort, comme cette fille qui n’a plus de pieds et jouit (le mot juste) de la possibilité qu’elle a de se choisir des jambes plus ou moins longues (avec ses prothèses). C’est juste une manière ultra-idéologique de positiver la prothèse mais nous n’aurons jamais que des prothèses, cad, rien qui puisse être mieux qu’un corps en parfaite santé.
 
Bref, mon sentiment est qu’on peut dormir sur nos deux oreilles. L’humain a surtout à se préoccuper de l’humain, qui est un loup pour l’homme. L’IA n’est qu’un outil dans les mains de l’homme. Elle ne prendra pas son autonomie durant ce siècle.
 
Après, je ne dis pas. C’est au-delà de mon horizon.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès