• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


perlseb 26 octobre 2017 17:58

@pipiou
Le problème est pourtant simple à comprendre. A votre avis, combien d’hommes et de femmes veulent devenir comédien très connu pour être ultra-bien payé (tout en étant admiré au passage) ? Il suffit de compter tous les intermittents du spectacles et d’ajouter aussi celles et ceux, qui, bien qu’ayant un physique avantageux, ont finalement atterri dans la prostitution.

Si on est pour la liberté, alors on ne peut pas admettre que certains soient refusés pour cet emploi alors qu’ils ont autant de compétences que ceux qui terminent millionaires. Et dans ce système de soumission où c’est un directeur de production ou un réalisateur qui va faire le choix, on joue sur le déséquilibre entre la demande pléthorique et l’offre volontairement réduite (pour pouvoir payer des rémunérations exorbitantes et générer des « vocations ») : c’est le fils à papa ou celui qui se soumettra le plus qui aura le job (d’où la prostitution).

Dans un monde libre, personne ne connaîtrait les acteurs car il y en aurait énormément et ils seraient peu payés, voire pas payés du tout : ils joueraient des pièces de théâtre ou des films dans leur temps libre et personne n’aurait le droit de dire si une personne convient ou pas car il suffirait d’avoir envie de jouer pour aller jouer. Seul le public aurait le droit de sélectionner, s’il fallait asbolument une sélection.

En fait, le cinéma est une gigantesque machine à prostitution où les belles personnes viennent se présenter de manière spontanée.

Le système pyramidal est soumission, prostitution (il est également à l’origine de la guerre). Mais tout le monde le vénère car chacun veut être à la place du chef, veut avoir l’espoir de sortir du lot, un jour...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès