• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 novembre 2017 15:04

En sortant de la librairie et constatant que pour elle aussi l’heure était dépassée pour retourner à son lieu de travail près de l’université, Olga s’est arrêtée dans un cyber.


L’histoire criminelle racontée pas la jeune danme était glaçante mais aussi très insolite et n’avait pas livré tous ses mystère.

La romancière prénommée Cassandra ne pouvait savoir que le sujet de son roman rejoignait en partie les recherches d’olga. Les phares étaient trop présents dans les évènements de sa nouvelle pour les laisser s’évaporer dans le brouillard de cette fin d’apprès-midi de novembre.

Un double meurtre ne pouvait être passé inaperçu et Inter-pas-toujours-net dans les limbes da sa mansuétude robotisée fournirait peut-être quelques pistes pour mieux comprendre ce qui s’était passé.

A la veille d’un week-end, il y avait beaucoup de monde à « L’Amour fou », bistrot d’Ixelles, mais peu de personnes se trouvaient assises devant l’écran de leur ennui.

Si en Belgique, il ne restait apparemment plus que quatre phares dont « la méchante jeune fille » à Ostende, il y en avait bien sûr un certain nombre au delà des frontières belges et surtout en Bretagne.

En associant phare et « couple assasssiné », olga pêcha un petit article sur un meurtre dans un phare en normandie appelé : « Le RADIANT ». L’homme âge de plus de cinquante ans, d’origine flamande : GUIDO BANNE et la femme, Mérope Allaeys, bruxelleoise, avait 49 ans. Guido Banne était le fils d’un résistant flamand connu. Avant de s’installer dans le phare avec Mérope, il était forgeron d’art et vendait par ailleurs du matériell pour bateau dont des ancres qu’il dessinait et destinait ensuite à une forge spécialisée. Mérope était historienne et débutait une recherche sur les « naufrageur. De nombreux bateaux se sont trouvés délestés de leur cargaison qui fut disséminée sur terre, se retrouvant peut-être éparpillées aujourd’hui dans les brocantes. 

Pierre, le serveur de »Amour fou" vint lui servie un café russe, comme olga en avait l’habitude, très mousseux avec une pointe de vodka. Elle connaissait son intérêt pour tout ce qui se rapportait au monde maritime et ses balades matinales pour trouver de vieilles ancres à restaurer avant de les remiser dans une locla peint inspiré des fonds marins. Olga lui fit partager ses recherches et Pierre en connaissance du sujet prit un certain plaisir à lui relater l’histoire des naufrageurs qui au 17ème siecle surtout éteignaient les phares et allumaient des feux sur les plages afin de détourner les bateaux de leur voie en les précipitant sur les récifs.

A la fin de son récit, olga se demandait ce qu’il restait du travail de Mérope Allaeys ; espérant d’un naufrageur du vingtième siècle ne l’ait emporté sur son esquive.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès