• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 janvier 2018 13:45

@Jacques-Robert SIMON


Je vais vous livrer une petite partie de mon vécu. Ayant perdu un être cher en 1983, je devaisiremonter le chemin dans une société qui me faisait de plus en plus horreur (battants dynamiques et autres conneries). En âge d’avoir des enfants (l’heure qui tourne,...)., je fais une renconcontre « bouleversante » ( Un pervers narcissique dirait Philippe vergnes). Don-Juan himself dirait Mozart. Il ’avait offert : Belle du Saigneur. Peintre, il me montre son premier tableau (de quoi vous donner la chair de poule). Il s’était dessiné lui-même sur sa propre tombe). Le premier soir, il me propose de m’épouser et de me faire un enfant. Une petite lumière en moi me dit. Fait gaffe fillette. Mets de la distance. J’avais rencontré l’homme-squelette, ou homme mort. Il m’avait montrer le chemin. La maternité et le marige ne sont pas portout. Va vers la création. Ce que j’ai fais. Chaque année, à la nouvelle an, il m’envoie ses voeux. paroles officielles ♪ Les Séparés ♪
N’écris pas ! Je suis triste et je voudrais m’éteindre.
Les beaux étés, sans toi, c’est l’amour sans flambeau.
J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre
Et frapper à mon cœur, c’est frapper au tombeau.

N’écris pas ! N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.
Ne demande qu’à Dieu, qu’à toi si je t’aimais.
Au fond de ton silence, écouter que tu m’aimes,
C’est entendre le ciel sans y monter jamais.

N’écris pas ! Je te crains, j’ai peur de ma mémoire.
Elle a gardé ta voix qui m’appelle souvent.
Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire.
Une chère écriture est un portrait vivant.

N’écris pas ces deux mots que je n’ose plus lire.
Il semble que ta voix les répand sur mon cœur,
Que je les vois briller à travers ton sourire.
Il semble qu’un baiser les empreint sur mon cœur.

N’écris pas ! N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes.
Ne demande qu’à Dieu, qu’à toi si je t’aimais.
Au fond de ton silence, écouter que tu m’aimes,
C’est entendre le ciel sans y monter jamais.

... N’écris pas !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès