• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Diogène diogène 2 février 2018 09:49

La justification des guerres de l’OTAN peut se faire de manière très insidieuse à travers la production cinématographique d’Hollywood : le film Good Kill de Andrew Niccol est un chef-d’oeuvre de propagande pour justifier l’intervention américaine en Afghanistan. 


Sous prétexte de « dénoncer » l’utilisation des drones, le réalisateur montre à plusieurs reprises une scène dans laquelle un « terroristes islamiste » bat une femme (la sienne) dans la cour d’une maison, uniquement pour montrer qui est le maître (c’est du moins ce que le spectateur est invité à penser). 

Cette image qui révulse le pilote du drone est présentée comme la raison fondamentale de voler au secours des droits de l’homme (en l’occurrence des femmes) par la nation la plus civilisée de la planète en lutte contre la « barbarie ».

Mais voilatipas que le chevalier blanc pilote de drone découvre que les ordres émanent de politiciens calculateurs et non pas d’officiers intègres. Il est écœuré le gars !

L’armé américaine a « protest » sur une telle présentation des choses, parait-il. Ca n’a pas empêche la diffusion du film partout sur la planète. 

Pourquoi insidieux ? Parcce que personne ne conteste l’image du gars qui bat sa femme. Dans l’esprit des spectateurs cette image restera comme la réalité. Ils la confondront avec les reportages qu’ils voient aux JT et confondront fiction et réalité. Le tour est joué.

La propagande d’Hollywood est beaucoup plus efficace que les fake news.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès