• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Mefrange 14 février 2018 14:10

@McGurk Enfin un commentaire intelligent. Ca existe encore ! Oui tout le monde a sa part de responsabilité dans cette machine infernale qui non seulement oublie l’être pour l’avoir (des choses inutiles sans accumulées sans fin par gourmandise voir gloutonnerie) mais dans lequel l’avoir minimum, à la fin lui même n’est plus garanti au plus grand nombre.

Luther n’a pas voulu le schisme qui lui a été imposé par Rome et Calvin contredit Jésus en beaucoup de points cruciaux. On ne saurait à titre personnel être calviniste. Son nom n’est d’ailleurs pas prononcé une seule fois dans l’article. Quel rapport dans le fond entre Calvin et Jésus. On reconnaît un arbre à ses fruits. Le fruit de Calvin n’est il pas l’UBS. Pensez vous que Jésus a pu vouloir ça ?

« Considérez comment croissent les lis, ils ne travaillent, ni ne filent, et cependant je vous dis que Salomon même dans toute sa gloire n’était point vêtu comme l’un d’eux. »

« Considérez les corbeaux : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n’ont ni cellier ni grenier ; et Dieu les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus que les oiseaux ! »

Jésus n’est pas contre le travail mais contre l’enfermement dans le travail et la cupidité. Contre l’égoïsme, contre l’avarice, contre les coeur endurci. (Beaucoup) plus d’être et moins d’avoir.

« Donnez au pauvres du pain » et arrêtez de prendre Jésus pour un con. On ne peut pas tromper Dieu. C’est pathétique et ridicule.

Consommez, tuez, diffamez, calomniez, envoyez votre prochain sur un carton après avoir pressé les esclaves jusqu’à leur dernière goutte de sang, mais au moins assumez à fond. N’essayez pas de tromper Dieu. Là, c’est trop minable.

Ceci n’est pas ad hominem puisque je n’ai aucune idée de qui est l’aimable interlocuteur. On s’adresse à un système économique et à ses veules serviteurs jour après jour, heure après heure, minute après minute.

Il est urgent de sortir de cette machine infernale qui commence à broyer les banquiers eux-mêmes et à génocider par famine des pays entiers.

« En vérité, je vous dis : le sort du pays de Sodome et de Gomorrhe sera plus supportable au jour du jugement que celui de cette ville-là (Capharnaüm) »

Les choses ont été dites et il est parfaitement normal qu’on n’aime pas l’entendre.

Tout est donc à sa place.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès