• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Christian Labrune Christian Labrune 7 avril 2018 22:26

A PROPOS DES JUIFS EN IRAN

Leur nombre, depuis l’arrivée au pouvoir des mollahs, a été divisé par 4.

S’ils consentent à cracher sur Israël, et à se déclarer palestinomanes, comme ceux qui se sont attardés au Maghreb, ils sont à peu près tolérés.

On lira avec profit cet article du Point international :

http://www.lepoint.fr/monde/etre-juif-en-iran-24-08-2014-1856121_24.php

J’en recopie un paragraphe :

« En fait, les juifs sont tolérés, à condition de se montrer discrets, de ne pas attirer l’attention. De ne pas trop protester non plus quand l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad déclare que "le mythe du massacre des juifs" est une invention occidentale, et qu’il invite en 2006 les négationnistes du monde entier à ridiculiser l’Holocauste. Les juifs sont exclus de nombreux métiers, comme l’armée et la fonction publique. En revanche, la grande majorité de la population iranienne se montre très tolérante vis-à-vis de cette communauté qui ne cesse de se réduire à peau de chagrin. »

Extrait d’un article de Wikipedia :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_Juifs_en_Iran

« La constitution de 1979 reconnaît les Juifs comme une minorité religieuse et leur accorde un siège réservé au Parlement : c’est aujourd’hui Ciamak Moresadegh, successeur en 2008 de Maurice Motamed, qui occupe ce poste. Selon Helen Chapin Metz, comme les chrétiens, les Juifs n’ont pas été persécutés10. Cependant, au contraire des chrétiens, ils ont toujours été regardés avec suspicion par le gouvernement de la république islamique, probablement parce que le gouvernement est intensément hostile à l’État d’Israël.

De nombreux Juifs iraniens ont de la famille en Israël et continuent d’avoir des contacts avec eux. Par exemple, Moshe Katsav, président de l’État d’Israël de 2000 à 2007, est originaire de Yazd et environ 45 000 Juifs iraniens ont émigré en Israël entre 1945 et 1977. Depuis 1979, quelques situations ont été constatées dans lesquelles le gouvernement iranien accuse des Juifs d’espionnage (au même titre que des milliers de compatriotes iraniens) et en a même fait exécuter certains10 dont le représentant de la communauté à Téhéran Habib Elghanian le 9 mai 1979. »

A propos de ce Ciamak Moresadegh, on peut lire dans l’article du Point que j’évoquais plus haut :

« Non seulement Siamak Merehsedeq dénonce "les actes criminels de Tel-Aviv à Gaza« que »la communauté internationale doit condamner« , mais il estime en plus que  »l’adhésion d’Israël à l’ONU et au Comité international de la Croix-Rouge doit être annulée". A-t-il été instrumentalisé par le régime, qui se veut l’ennemi héréditaire d’Israël ? Le rabbin de la lilliputienne communauté juive d’Hamadan répond avec prudence : "Nous n’avons pas de problème avec la République islamique." Toutefois, Rassad Nejat précise aussitôt que cette capitale de province d’un demi-million d’âme comptait 7 000 juifs avant la Révolution de 1979. Aujourd’hui, ils ne sont plus que quinze, qui se réunissent tous les samedis dans la synagogue au centre d’Hamadan, à trois cents kilomètres de Téhéran, en direction de la frontière irakienne. Les autres membres de la communauté ont rejoint les États-Unis, le Canada et Israël. « 

Bref, tout va très bien, Madame la Marquise !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès