• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Oscar Ollo Oscar Ollo 19 novembre 2018 13:46

@Zolko

Je fais construire « ma petite maison » mais sans 4x4 loin de tout, mais surtout loin de ma banlieue, mais c’est loin d’être une question de budget. Voici ce qu’il faut subir quotidiennement :

Djaizonne, le demi-débile se prenant pour David Guetta. Depuis sa chambre au 1er à la fenêtre grand ouverte, il fait profiter tout le quartier de ses sets improbables ponctués de beuglements à l’accent du terroir.

Ciccio, le macho bouffi de testostérone au début de calvitie gominée. 40 ans et toujours comme un coq en pâte chez la Mama ! Avec sa petite voiture coréenne (les italiennes ne sont décidément pas fiables qu’il dit), il adore que toute la rue sache que la puissance de la sono dépasse celle du moteur. Minga, ti !

Mc Gyver, le décérébré d’à-côté, sympathique comme une porte de prison, ne trouvant rien de mieux que commencer à bricoler à coups de marteau et perceuse à 2 heures du matin alors qu’il a roupillé toute la journée.

Fumigène le crasseux et Pestilence la fétide. Même à l’heure de pointe, ils ont le bus pour eux seuls. Parfois on comprend les grèves émotionnelles des TEC.

Les sans-gêne, prenant les moindre recoins du quartier pour un dépotoir et leurs copains les feignasses qui balancent leurs détritus par les fenêtres de leurs voitures.

Les pilotes, ceux qui n’existent que par le bruit et/ou la vitesse. Scooters trafiqués, quads à échappements libres et rodéos sauvages devant les appartements sociaux sont le lot quotidien. Mention spéciale pour Kéké-la-Schnouf dont aucune administration ne semble se demander d’où il tire les revenus pour payer les bolides qu’il fracasse régulièrement.  Si un jour il pouvait y rester !

Samson et Dalida, anneaux d’oreilles, piercings, tatouages et bière premier prix. Bandana et biscottos pour lui, colo blond filasse avec 1 cm de racines noires et ceinture de saindoux débordant du legging sous la mini-jupe en jeans pour elle. Grandes gueules, ils revendiquent haut et fort le droit à tout et n’importe quoi parce qu’ils font partie des moins favorisés. On vit aux crochets de la société, mais on a sa fierté, merde, quoi ! Le pire est qu’ils se sont reproduits en grande série : il y a les mini-pétasses Melody, Harmony et Cacophony ainsi que Bryan « braille-âne », le poussah de trois ans et demi qui pisse encore dans sa poussette. Misère, si c’est là-dessus qu’il faut compter pour payer les retraites !

Baraki et Barakette, les cas sociaux, et leur fils un peu con-con. Le seul travail connu de Baraki consistait à chronométrer les allers-retours de Barakette jusqu’au rayon bières et alcools du hard discount du coin et à prélever la dîme à son retour. Pas méchants, mais leur chien par contre… Il valait mieux ne pas le croiser quand il promenait Barakette. Ce n’est pas charitable, mais je me suis réjoui le jour où les dettes creusées par con-con pour acheter et entretenir la sale bête de chien et régler ses nombreux frais de carrosserie (encore un pilote !) les ont rattrapés et qu’ils ont quitté le quartier.

Mauvaise pioche, ils ont été remplacés par Raoul Jmelesroule, trop dur de la comprenure pour piger que la demi-livre quotidienne de crottes de chiens épaisses comme du boudin de Liège au milieu du chemin emmerde le monde. Agressif, ce déchet de la société juste bon à pondre des gosses et à laisser l’ardoise de la pension alimentaire à ses ex est évidemment insolvable. Il a préféré se payer sa ménagerie à 1200€ avec la prime de naissance plutôt que d’assumer ses responsabilités. Quand un chien en est à ce point, on le pique. On ne peut pas faire la même chose avec le maître ?  Parce que l’éduquer, c’est un peu tard, c’est plutôt de rééducation à la soviétique dont il aurait besoin. 

Le Seigneur Anselme est un personnage haut en couleur : bénéficiant d’une sinécure à la ville avec chèques repas, mandats fantômes et jetons de présence juteux, toujours impeccablement sapé, il porte haut l’étendard du PS à chaque élection et se voit tel le sage d’une tribu du Haut-Katanga. Il a toujours à la bouche un mot de réconfort pour son prochain et la recommandation de ne pas faire d’amalgame ni de stigmatisation. J’ai pensé au curé de Zola quand il m’a promis le paradis à condition de subir mon sort ici-bas en disant merci à Elio (le président du PS chez nous) tout puissant et à la Sainte Vierge Laurette (la passionaria du PS chez nous) qui combattent la méchante droite comme Saint-Georges le dragon sur son blanc destrier, tout en distribuant sans compter l’absolution à la ribambelle de pénibles qui constitue son fonds de commerce. 

Dans le même style, il y a aussi Jacques Delasouche l’opportuniste. Membre du parti éternellement à la remorque du plus fort, il trouve lui aussi que le quartier est difficile. Il pleure avec moi, promet monts et merveilles, mais une fois à l’Hôtel de Ville c’est surtout son siège de conseiller municipal qui l’intéresse. L’andouille, il croit qu’on vote encore pour lui alors que ça fait bien trois législatures que mes amis et moi nous payons sa tête dans son dos, ça soulage !

A propos d’amalgame et de stigmatisation, il a fallu subir une nouvelle pollution représentée par ces femmes bâchées de pied en cap qui ont colonisé les rues au cours des années 2010. Chacune d’elles nous crache à la figure la violence qu’une lecture psychorigide d’un livre sacré peut engendrer en nous rappelant les massacres perpétrés par leurs coreligionnaires. C’est d’autant plus insupportable que ce sont elles et leurs maris/frères qui votent pour des apprentis tyrans comme Erdogan(*) et les loups gris d’ici (merci la double nationalité) mais qui sont bien heureux d’abuser de nos libertés en attendant de les confisquer. Les défenseurs de ces fascistes d’un nouveau genre diraient quoi si je me promenais affublé de la cagoule du ku-klux-klan ?

Pour enfoncer le clou, il y a eu l’invasion des Gipsy Kings, mais sans les guitares, encore heureux ! C’est justement cette fois-là qu’on a été cambriolés, on a retrouvé la clôture abîmée entre nos deux jardins mais pas plus loin alors qu’il n’y a pas d’issue, vous avez dit bizarre ? Voitures sous pavillons de complaisance à l’immatriculation douteuse et l’assurance au moins autant, chahut et horions jusqu’au milieu de la rue à toute heure du jour et de la nuit, à tel point qu’une fois c’est le SAMU qui a débarqué pour emmener madame se faire rafistoler. Monsieur a disparu un (beau) jour, on a appris que c’était pour un séjour à l’ombre. Et vu que plusieurs mois après il n’était toujours pas de retour pour cogner sa chère et tendre et trafiquer des voitures, on peut supposer que c’était pour plus grave que le vol d’un Mars à l’étalage. Entre-temps, il fallait subir la marmaille mal éduquée et les jets d’objets divers : jouets cassés, vêtements, verres, couteaux, jusqu’à du papier hygiénique déjà utilisé. 

Enfin, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, il y avait le chef Hulk et ses troupes au poste de police du quartier. Ne bousculez surtout pas leur gentille routine de facteurs et de gratte-papiers, sinon le chef Hulk devient tout vert et vous allez morfler grave ! Forcément, il est plus facile de s’attaquer à l’honnête citoyen qu’aux problèmes que des années de laxisme ont laissé s’épanouir, surtout quand on n’est pas capable/on n’a pas envie (biffer la mention inutile le cas échéant) de potasser un peu le règlement municipal et d’y dénicher l’article à appliquer. C’est meilleur pour les statistiques et moins fatiguant de faire semblant, au prix de menus dégâts collatéraux, souvent passés sous silence mais qui vont jusque l’assassinat d’une étudiante par un détraqué sexuel récidiviste sous soi-disant contrôle judiciaire (Liège, octobre 2017).  Et si ça ne lui plaît pas à l’honnête citoyen, il peut toujours déménager (sic).  Sachez que ce sont ceux-là que l’organigramme de la zone de police appelle service à la communauté, on ne rit pas dans les rangs, ‘vais vous apprendre moi, scrogneugneu ! De toute façon, comme ils ne sont là que pendant les heures de bureau, Kéké-la-Schnouf est peinard avec son petit commerce en horaire décalé. Quant aux Gipsy Kings, puisque personne ne les oblige à se mettre en ordre, ils ont la belle vie : un domicile quelque part pour toucher l’aide sociale, une résidence effective ailleurs et une voiture exotique pour se soustraire à toutes leurs obligations. Comptez sur Hulk, son chef de corps et le maïeur pour fermer les yeux !

Alors moi, râler pour le prix des carburants ? Quand je vois à tout ce que cela me permet d’échapper !

(*) 77.1% de vote oui en Belgique au référendum du 16 avril 2017 par rapport à un score global de 51.4% pour le oui tous bureaux de vote confondus !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès