• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Étirév 6 janvier 2019 09:03

Vénus, les saisons, le Véda et la Science
Un des surnoms de Vénus est Uranie, parce que c’est elle qui fonde l’astronomie, c’est-à-dire qui fait une science bien ordonnée de la connaissance des lois du ciel et des mouvements des astres.
Rappelons que chez les Grecs, la puissance cosmique était appelée Ouranos, d’où Uranie ; son nom vient de Varouna, un des noms hindous donnés à la même puissance et dont la racine var signifie couvrir.
Donc, elle étudie l’influence de ces mouvements sur les mondes planétaires, elle fait l’Astrologie qui est une science, tandis que la Cosmographie qui régnera plus tard n’en sera jamais qu’une copie grossière.
Elle étudie la nature et les effets de l’année solaire, elle partage la révolution annuelle du soleil en différentes sections ou saisons ; puis elle règle les mois d’après le cours de la lune.
L’étude des couches terrestres lui a fait comprendre que notre monde a été créé en six temps, six fécondations solaires différentes dont les prêtres ignorants feront six jours.
[...]
Le Véda affirme l’immutabilité du sexe et de ses droits. II dit : « Tout être qui a reçu dès la création une fonction, l’accomplit fatalement à chaque réapparition du même sexe.
« Les qualités qui lui ont été spécialement réparties, la bonté ou la cruauté, la douceur ou la barbarie, le culte de la Vérité ou l’hypocrisie, vertus ou vices, d’elles-mêmes s’emparent de lui chaque fois.
« Ainsi que les saisons reviennent périodiquement prendre leur cours, de même les êtres animés exercent toujours les fonctions qui sont de leur nature (sexuelle). »
[...]
Alors même que l’on admettrait l’hypothèse du renouvellement de l’oxygène par les plantes, il faudrait supposer que la végétation qui couvre la surface du globe produit 2 000 millions de mètres cubes d’oxygène par jour pour rétablir l’équilibre de l’atmosphère. Or, dans les pays où la végétation manque absolument, on devrait s’apercevoir d’un manque considérable d’oxygène et, lorsque l’hiver, les fonctions des plantes sont suspendues, la respiration des animaux devrait aussi se trouver arrêtée faute d’oxygène. Cependant il n’en est rien. La proportion des gaz de l’atmosphère ne varie pas suivant l’intensité de la vie végétale. Du reste, les végétaux enfouis dans le sol ont gardé leur oxygène, puisqu’ils nous la rendent en chaleur lorsque nous nous en servons pour alimenter nos foyers, ils ne l’ont pas donné aux animaux qui sont venus après eux et qui se sont bien formés sans cela.
Il faut donc bien admettre que le renouvellement de l’oxygène se fait d’une autre manière, qu’il se fait par un procédé extraterrestre.
[...]
L’acide carbonique se décompose par la chaleur ce qui est encore un fait à invoquer contre l’hypothèse de Senebier. En été, alors que la vie végétale a le plus d’activité, la chaleur est presque toujours assez élevée pour décomposer l’acide carbonique de l’atmosphère. C’est parce qu’en été tout l’acide carbonique jeté dans l’air par les animaux et par les foyers de combustion est promptement décomposé et rendu à son état primitif, que l’air est pur, tandis qu’à basse température cette décomposition ne s’opère pas ; donc, en hiver l’air est moins pur.
Cordialement.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès