• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


velosolex velosolex 7 janvier 17:51

Émergent quelques réalités. Je ne dirais pas « vérités », celle ci n’étant que de l’ordre de l’ailleurs, dans ce monde de mensonge et de manipulation, où l’auteur met sa petite contribution, pour ceux qui ne connaissent pas trop l’histoire. Sans doute le russe se sent il persécuté, et il est certain que la façon dont l’ex urss s’est trouvé bradée honteusement après 90 n’y est pas pour rien. Pas d’autre exemple où un empire s’est effondré comme un château de sable, miné de l’intérieur autant que de l’extérieur. L’occidental en resta autant éberlué que le russe. Pour mon compte je me sentis un peu triste et inquiet de cet effondrement, présageant qu’il y avait comme un malentendu dans ce putsch silencieux et effarant, et que l’abandon de cet alter ego allait déchaîné un capitalisme mortifère et plein de morgue, qui avait perdu toute opposition....Gorby était autant apprécié en occident qu’il devint détesté en Russie... Après 90, en Russie, l’opportunisme des uns, faisant leur fortune sur les décombres de l’état, sont à l’opposé de ceux qui refusèrent de voir sombrer un idéal qui avait sans doute bien des défauts, mais qui était à la fois encore une promesse, leur passé, leur culture et une vraie puissance. « la russie a sauvé le monde... » ?...Un fait, c’est sûr, mais qui n’est du qu’à l’impératif absolu de survivre, face aux hordes nazies. Staline avait décapité deux ans avant l’armée rouge de ses cadres, dans les grandes purges, et le sauvetage de l’Europe fut la conséquence du combat de l’urss pour se simple survie. Alors oui rendons hommage à ces glorieux combattants, en se désespérant malgré tout que beaucoup quand ils ne tombèrent pas, finirent au goulag, pour la simple raison qu’ils avaient été faits prisonniers, par exemple. Difficile de passer aux oubliettes toutes les victimes du totalitarisme stalinien. Pourtant, l’urss resta un espoir pour beaucoup, tant la désinformation était patente, tant l’envie de croire au mensonge était grand ; en occident autant qu’en Russie ; Je viens de lire l’excellent livre de Vassilia Alexevitch « la chute de l’homme rouge », qui est une plongée dans le quotidien des russes, dans leur imaginaire, dans leur culture, et dans cette utopie qui se dérégla rapidement, au point que des auteurs comme Vassili Grossman, dans « vie et destin » ( ex combattant de stalingrad) en vinrent à faire de ce système totalitaire avec celui de l’Allemagne nazie. Bien sûr, le russe est un européen, et bien des Français sont en sympathie avec cette grande culture, et ses géants, et son âme. Je rêve d’une grand Europe, plus grande que celle qui va de l’atlantique à l’oural, et qui se ferait sur l’addition des cultures au lieu de leur opposition. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès