• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Taverne Taverne 11 janvier 17:39

Etat de Droit contre état de fait

La question posée est trop complexe à traiter. Je vous le montre en quelques exemples :

La violence est légitime si sa condamnation est illégitime.

Il peut exister une concurrence et une confrontation de deux légitimités de nature différentes.

La violence peut être illégitime au moment où elle se produit et se trouvée légitimée après coup seulement, comme la Prise de la Bastille.

Quels sont les fondements de la légitimité ? Certains diront que l’Etat a le monopole de la force violente dans une démocratie. Si un citoyen se sent agressé par des manœuvres de dispersion non létales d’une foule dont il fait partie, il n’a aucun droit à agresser physiquement les gardiens de la paix. La constitution ne lui reconnaît que le devoir de résistance à l’oppression dans ces cas très rares et bien circonstanciés (la politique conduite par un tyran : on n’en est pas là).

L’usage de cette force par l’Etat ne doit pas sortir pas des limites acceptables par les citoyens sinon on est dans un cas de non légitimité. Si le citoyen n’a pas le droit de faire justice lui-même, il doit porter plainte.

Il faut faire la différence entre la légitimité du Droit (la légalité) et la légitimité de fait (que l’Histoire juge en son temps...).

Et je m’en tiens là car il y a aurait ici tant à dire sans pouvoir apporter une réponse définitive.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès