• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Séraphin Lampion François Pignon 25 janvier 2019 17:39

L’ « état providence » avait réussi à créer l’illusion selon laquelle le capitalisme pourrait être humanisé. Si la lutte des gilets jaunes se limite à la restauration dépoussiérée d’un système disparu avec les délocalisations, ça ne vaut pas plus la peine de se battre que si l’idée était de retrouver le paradis perdu.

Le RIC n’est pas la panacée qui restaurera les emplois perdus avec la désindustrialisation, la privation des services de l’état et le dumping social mené par l’UE. L’origine de la situation n’est pas un déficit de « démocratie » qu’il suffirait de compenser par de nouvelles superstructures, mais une mutation des rapports de production génératrice de paupérisation des plus démunis et d’augmentation des écarts de revenus.

La faiblesse du mouvement des gilets jaunes réside dans le flou de ses revendications empreintes de la nostalgie du rôle qu’a joué l’état et qui n’existe plus, appelant implicitement au retour de l’état providence vidé de sa substance. Mais sa force réside dans son dynamisme, sa détermination, sa dimension humaine et sa colère justifiée face à l’injustice et aux inégalités économiques.

Pour gagner, il faut cesser de regarder en arrière et regarder vers l’avenir, vers la construction d’un projet qu’il est urgent de définir. Ce n’est pas le « grand débat » qui le fera. La grand-messe n’a jamais fait progresser quoi que ce soit, au contraire.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès