• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Christian Labrune Christian Labrune 8 avril 2019 01:35

Excellente description du système de représentation politique en Israël. Et pourtant, c’est d’une telle complexité que l’entreprise n’était pas des plus aisées.
Ce qui aurait été intéressant, c’est que les enjeux actuels du débat politique fussent un peu précisés. En France, les notions de gauche et de droite n’ont plus beaucoup de pertinence. En Israël, elles n’ont jamais vraiment correspondu à celles que nous connaissons ici, et dire qu’un tel est à gauche ou à droite, cela ne permet pas de comprendre grand chose. Comment, par exemple, définir le nouveau parti bleu-blanc ? Benny Gantz paraissait plutôt « à droite » avant d’être obligé de ratisser sur le centre gauche. Moshe Ya’Alon, lui, est carrément « à droite », et le pauvre Lapid, qui est une sorte de Macron, est partout à l’extrême centre, et donc nulle part. Il était même à Paris ces derniers jours, alors que le Quai d’Orsay, très imbécilement, venait de condamner la reconnaissance par l’Amérique de la souveraineté sur le Golan. j’entendais ce soir une interview de Netanyahou qui aura fait des gorges chaudes d’une pareille inconsistance.

C’est très drôle, par exemple, quand des ignorants, par malveillance, parlent à propos de Netanyahou de son « gouvernement d’extrême droite ». En France, jusqu’à ces dernières années, on tolérait beaucoup mieux l’extrême gauche que l’autre extrême parce que l’extrême droite s’était définitivement discréditée en collaborant avec l’Allemagne nazie. Elle apparaissait donc comme la première cause de l’antisémitisme et suscitait la même horreur et la même répugnance que le nazisme, En revanche, on pourrait difficilement prétendre qu’un Moshe Feiglin, parmi les plus à « l’extrême droite », soit un antisémite ! On peut dire si on veut qu’il est un traditionaliste, un libéral, un nationaliste. Le fait que la « gauche » israélienne, dans la violence polémique du débat politique utilise aussi, pour discréditer l’adversaire, des notions empruntées à l’Europe, n’arrange pas les choses et facilite les confusions. 

Dommage par ailleurs que tout article qui traite d’Israël -un sujet passionnant et sur lequel il y aurait tant à dire ! doive donner lieu, inévitablement, dans la suite des commentaires, aux braiements des minus habens ravagés par la pathologie antisémite.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès