• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Ecométa Ecométa 11 avril 2019 14:18

@mmbbb

Au début des années 2000, avant la sortie officielle de l’Euro, le climat conjoncturel est relativement dégradé en Allemagne, qui est présenté comme « l’homme malade » de l’Europe et qui doit en plus absorber le choc engendré par la réunification. L’activité est peu dynamique (1,3% de croissance par an en moyenne entre 1997 et 2005). Les déficits publics s’établissent au-delà de la limite de 3% du PIB fixée par le Pacte de stabilité et de croissance. Les entreprises ont perdu en compétitivité. Le taux de chômage reste figé aux alentours de 10%. Face à ce constat, les autorités allemandes ont essayé de répondre de manière pragmatique. De nombreuses mesures ont été adoptées (Lois Hartz I, II, III et IV sur le marché du travail entre 2003 et 2005, réforme de l’assurance-maladie en 2003, introduction d’une TVA sociale en 2007). Des accords de compétitivité ont été conclus au sein des entreprises et ont entraîné une politique de modération salariale, conditionnée le plus souvent par le maintien de l’emploi et le renoncement à des plans de délocalisation. Un prix élevé pour les travailleurs Allemands.

C’est une évidence l’Euro, la monnaie européenne, et aussi, avant, l’intégration de l’Allemagne de l’est qui semblait un sérieux handicap, et qui s’est avéré une incroyable chance avec ses 17 millions de travailleurs à bas prix : tout ceci a sauvé l’Allemagne !

Le problème c’est que l’Allemagne, depuis l’avènement de l’Euro, n’ a pas joué l’Union Européenne ... mais exclusivement l’Allemagne ! Et pas L’Allemagne des Allemands, et encore moins ceux de l’« ex-Allemagne de l’est ; ni le service public allemand, mais les seules entreprises exportatrices : le seul capitalisme rhénan !

Il y a tout simplement que L’Allemagne n’a pas joué comme un partenaire d’Union ; elle a joué Jouant à fond le »l’avantage comparatif« , qui, s’il est bénéfique un moment se retourne obligatoirement arrivé un temps.

C’est la forte industrialisation de l’Allemagne d’avant guerre qui a perdu L’Allemagne dans la crise des années trente quand les échanges internationaux se sont dégradés la crise économique aux États-Unis ! L’histoire semble devoir se répéter ! C’est toute cette combinaison économique qui a amené cette guerre en Europe provoquée par l’Allemagne.

C’est aussi une France un peu moins grégaire en terme d’industrie qui a fait que la France s’en est le mieux sortie durant cette crise des années trente. C’est pour la même raison que lors de la prochaine crise mondiale, qui ne manquera pas de se produire, que la France s’en sortira mieux que l’Allemagne !

Les arbres ne montent pas au ciel ! La »mondialisation économique", et ses corollaires le libéralisme et le libre-échangisme, ont atteint leurs limites. La conjoncture mondiale va se retourner, TRUMP qui veut faire du protectionnisme américain s’en charge et l’Allemagne qui a basé son économie exclusivement sur les exportation en paiera un prix très élevé dans l’avenir et que dire du déficit démographique en Allemagne ?

Depuis 2012 l’Allemagne a été prévenu mais ses dirigeants n’en ont pas tenu compte !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès