• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Jean De Songy 14 avril 08:11

Le macho est passé de Delon, Belmondo au rappeur africain et au barbu.

 

Une époque où le cinéma français avaient de (vraies) grandes vedettes internationales.

Bardot, pas vraiment le féminisme lopettetisant gaucho, avec des partenaires genre Ventura. Et pas époque du boboisme contrition antiraciste sirupeuse genre « Qu’est ce qu’on a fait au bon dieu », plutôt « la bataille d’Alger et les présidents africains présentés comme des rois nègres.

 »Le mépris« est une critique de la viandisation des sentiments : »tu aimes mes fesses ? Mes seins ? Et mon cul ?"

 

Comme je vous ai expliqué ds le commentaire de Hegel, la vraie négation n’est pas la réactionnaire. Et les grecs antiques avaient des athlètes nus, des jeux féminins aussi. Pas la pensée catho universaliste droitdelhommisme immigrationiste pédophilo pudibondi hypocrite.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès