• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Christian Labrune Christian Labrune 1er mai 20:51

les communistes français ont fait l’expérience de la répression et tiré quelques profits de la clandestinité avec un an d’avance sur tous les autres.

=============================
@CN46400
Systématisations bien hasardeuses ! Raymond Aron, -n’allez pas me dire qu’il était communiste, celui-là  !- est arrivé à Londres dans la semaine qui a suivi l’appel du 18 juin et il n’était peut-être même pas le premier. Dans les semaines qui ont suivi, beaucoup d’autres sont arrivés. Ca ne constituait certes pas encore une armée, mais c’était déjà l’embryon de la France libre. Où en étaient, à cette époque-là, les militants du PCF ? Ils ne savaient pas encore très sur quel pied danser :

Wikipedia article « Parti communiste français » :
« Mais en parallèle, des militants communistes s’impliquent dans la Collaboration. En juin 1940, des militants suivis de près par Jacques Duclos et Maurice Thorez demandent aux autorités allemandes l’autorisation de faire reparaître légalement L’Humanité. En dépit des promesses obtenues par les Allemands, l’autorisation n’est pas accordée. Par ailleurs, Marcel Gitton, ancien numéro trois du parti, regroupe d’anciens députés communistes du Groupe ouvrier et paysan et fonde en 1941 le Parti ouvrier et paysan français (POPF), qui milite pour la Collaboration. »

Que les communistes engagés dans les maquis et dans la violence des combats de la résistance, par la suite, en aient terriblement bavé, que beaucoup soient morts en héros, cela ne fait aucun doute, et ils méritent gratitude et admiration. Personne ne songerait à le nier.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès