• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 mai 12:30

A l’auteur.

Excellente analyse d’une dérive politique qui introduit très tranquillement, très sournoisement ce qu’ailleurs on appelle le terrorisme d’Etat.

Ce à quoi nous assistons n’aura qu’un temps, fort heureusement.

Il n’y aura pas de prescription.

Il n’y aura pas d’oubli.

Il n’y aura pas de réconciliation.

Il n’y aura pas de « paix blanche ».

Il y aura une purge qui sera très large et n’épargnera personne, jugeant ceux qui se seront compromis, auteurs, complices actifs et sympathisants passifs, parfaitement conscients et témoins complaisants de dérives inacceptables auxquelles ils auront prêté aide, assistance, collaboration tout en trahissant leurs fonctions et les institutions qu’ils étaient par essence dans l’obligation de respecter.

Des dirigeants politiques dignes de ce nom, des membres d’un appareil politique et administratif, ne sauraient en effet considérer leurs concitoyens et compatriotes comme des ennemis intérieurs.

Il y aura jugement, certes, mais avec des magistrats intègres.

Il y aura des condamnations et des punitions, assorties de mesures de réparations matérielles et financières qui toucheront très directement les auteurs des atteintes portées à la sûreté des biens mais aussi celle des personnes, de tous ceux qui auront été éborgnés, mutilés, blessés, maltraités par des institutions qui auront oublié que leur mission première était de protéger leurs concitoyens et non de leur porter atteinte en les déconsidérant et en les méprisant.

"Ce jugement sera le seul moyen, écrivez-vous très justement, de venger notre honneur, celui de nos compatriotes et celui de notre République que des voyous ont pris en otage. Avec mesure et équité, ces jugements devront tomber ; et ils tomberont. Ces jugements nous laveront de la tentation de l’oubli et du pardon, de la tentation d’une complaisance envers des manquements d’une gravité sans précédent depuis les années 60, perpétrés par des misérables qui ont osé présenter devant les plus faibles de nos compatriotes, les plus précaires, les plus exposés à des politiques injustes et cruelles, l’image d’une présidence, d’un gouvernement et d’une « République dite en marche », agenouillés devant une exigence de sécurité instrumentalisée basée sur le recours à la terreur."

Effectivement.

Bien à vous,

Renaud Bouchard


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès