• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Samson Samson 19 mai 17:36

@Fergus
"Mais le fait et, comme je l’ai écrit ci-dessus, que les gens comme la mère de Vincent Lambert et l’auteur de cet article semblent ne ressentir aucune compassion pour ce malade qui n’a plus d’homme que l’apparence physique ! « 

On achève bien les chevaux !

Ayant travaillé 27 ans dans l’accompagnement de personnes psychotiques ou affectées de handicaps physiques et mentaux parfois très lourds, j’ai durant ma carrière personnellement assisté au long plaidoyer d’accompagnants psy — très proches de la personne concernée qui d’un souci légitime et partagé d’éviter tout acharnement thérapeutique a insidieusement glissé à la demande claire et précise d’abréger et mettre terme à ses souffrances.
Comme l’a alors souligné une de mes collègues elle aussi très proche de cette personne et pourtant philosophiquement ouverte au principe du recours à l’euthanasie cela ne correspondait en rien à une demande ou la volonté exprimée antérieurement par la personne concernée, qui a donc finalement émergé vivante — et dans un très sale état du coma dans lequel un AVC l’avait plongée.
Je ne nourri aucun doute sur la profonde compassion qui animait le plaidoyer ci-dessus évoqué, mais il ne respectait en aucun cas la volonté exprimée par la personne concernée avant son AVC, ni ensuite.

Alors oui, la confrontation à la souffrance d’autrui fait mal, et d’autant plus qu’elle fait quotidiennement écho chez ceux et celles qui y sont quotidiennement confrontés (au point qu’en ce qui me concerne, un »splendide« burn-out à mis terme à ma carrière !) mais au risque sinon de projeter sur autrui nos propres limites et de lui dénier ainsi son inaliénable part d’altérité—, l’humanité consiste à mon sens à autant que faire se peut la soulager dans le strict respect de la volonté exprimée par la personne.
Et, faute de pouvoir connaître cette dernière, la déontologie impose à mon sens de s’abstenir de tout choix »définitif" qui se substituerait à cette volonté !
Pour ce que j’en comprends, même en état végétatif, Mr Vincent Lambert est comme d’autres personnes profondément handicapées assisté dans les fonctions vitales que son inconscience ne lui permet d’assurer, mais sans acharnement thérapeutique manifestement déraisonnable !
Et l’arrêt de son alimentation correspond à mon sens à une euthanasie, dont au delà des enjeux philosophiques qu’elle met en jeu rien n’indique qu’elle corresponde à sa propre volonté.

En vous présentant mes cordiales salutations ! smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès