• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


JMBerniolles 17 juin 10:03

« Je ne saurais le dire..  » c’est un peu amusant quand on commet une telle suite d’affirmations qui d’ailleurs ne peuvent être acceptées que par des idéologues formatés dans des sectes… 

Parmi ces sectes il y avait, puisqu’il est décrit ici comme moribond, le réseau sortir du nucléaire qui a un moment donné prétendait rassembler de l’ordre de 600 micro sectes. [ un exemple la CAN84 entre les mains du NPA qui est maintenant incapable de mobiliser un minimum de gens pour ses actions. Notamment d’exploiter le coup monté relatif à la digue du canal du Rhône ]

Comme les autres mouvements anti nucléaire, ce réseau a utilisé jusqu’à plus soif la manipulation, la déformation des faits, la désinformation, le mensonge.. sur l’électronucléaire et il a contribué avec d’autres et sous la haute protection des médias du système, à créer un monde et une histoire virtuelle du nucléaire civil.

Dans cet espace virtuel, il y a un véritable « kit » de fausses informations, de problèmes, de terribles menaces,.. qui concernent tous les aspects de l’électronucléaire : la sûreté et la sécurité des réacteurs nucléaires, le cycle du combustible et les problèmes liés au stockage des combustibles et des déchets.

Dans cette caricature idéologique, le nucléaire n’a aucun intérêt, ni aucun avenir. C’est l’œuvre de « folamours » étiquetés X-mines. 

Pour démontrer que tout cela est en fait lié au système dominant, dont la volonté est souvent formulée par l’Allemagne, qui nous enjoint régulièrement d’abandonner notre électronucléaire, notre information « officielle », qui n’est plus qu’un outil de propagande, diffuse des reportages bidonnés, réunis des plateaux d’ « experts » vendus, donne systématiquement la parole à Greenpeace sans aucune contradiction, pour un avis sur les événements qui touchent au nucléaire.

Les pouvoirs publics sont aussi des complices, parfois actifs, des actions de Greenpeace, une organisation étrangère largement financée par des fonds privés, sous l’influence de Soros dont Jadot est l’un des employés. Le pouvoir a ainsi couvert l’action drones sur les centrales et installations nucléaires, organisée et coordonnée au niveau national, naturellement par Greenpeace.

Il n’est pas possible ici de restituer la vérité sur tous ces thèmes. Mais sur quelques points importants :

* Dans l’article il est fait allusion aux accidents survenus sur des réacteurs Graphite-Gaz de Saint Laurent des eaux. Où par deux fois il y a eu une fusion partielle de deux assemblages combustibles. Il n’y a eu aucune conséquence sur l’environnement. Mais comme les accidents ont consisté en la fusion partielle d’assemblages combustibles du cœur du réacteur, le niveau accidentel a été classé à 4 sur l’échelle INES. C’est le niveau accidentel le plus élevé, jusqu’à présent, noté sur notre parc électronucléaire. Pour nos réacteur REP les incidents n’ont jamais dépassé le niveau 2. Rappelons que l’accident grave sur ce type de réacteur serait du type TMI et non Tchernobyl et Fukushima Daiichi. Qui sont aussi de type différent.

* Des réacteurs nucléaires ont été complètement démantelés, le cœur partiellement fondu de TMI a été récupéré au milieu des années 80, malheureusement le démantèlement de Super Phénix est très avancé.. Avec Fukushima Daiichi les japonais vont faire avancer la discipline…. 

* Dans un esprit sain, il parait inconcevable de reprocher au nucléaire de traiter ses déchets et de se préoccuper de leur élimination et de leur stockage sûr.

….

L’affirmation la plus absurde sans doute est celle qui prétend que le nucléaire et ses applications seraient en fin de vie. L’exemple de l’Iran est particulièrement caractéristique, parce que ce pays symbolise le fait que l’accès autonome au nucléaire est la voie du développement vers les hautes technologies, vers la modernité (un paradoxe quand on pense que cela se développe dans une République islamique). Alors qu’en France on nous serine que le « nucléaire » est en bout de course, notre pays fait tout ce qu’il peut sur la scène internationale pour bloquer les iraniens [dont des premières générations ont été formées en France]

Enfin, ce n’est pas notre nucléaire qui est au bord du gouffre, mais notre pays même. Liquider notre industrie et notre recherche dans le domaine du nucléaire serait d’ailleurs le coup définitif porté à notre pays. Et à son peuple finalement


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès