• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Et hop ! Et hop ! 15 juin 21:25

@C BARRATIER

Il y avait aussi une lutte des classe parmi les Juifs : il y avait la classe dominante des Français de souche juifs qui étaient tous des bourgeois, patrons, avocats, médecins, ministres, professeurs, qui étaient membres de l’U.G.I.F (Union générale des israélites de France) et qui étaient bien contents du régime de Vichy qui les protégeait efficacement des Allemands, et puis il y avait les Juifs qui venaient d’arriver d’Europe de l’est (Pologne, Allemagne, Autriche, pays Baltes,..), qui étaient pauvres, et furieusement révolutionnaires, syndicalistes, issus du Bund, membres du Parti communistes, fondateurs de la MOI, poseurs de bombes, et qu’ils détestaient déjà avant la guerre parce qu’ils donnaient une très mauvaise image auprès des autres français, et qu’ils étaient bien contents d’aider à les faire quitter le plancher pour retourner d’où ils étaient venus.

C’est pour ça quel es Juifs français (qu’on appelait officiellement les israélites) ont participé activement à la déportation des Juifs dit apatrides, c’est-à-dire venant des pays occupés par le IIIe Reich. Ils ont fait les listes, sélectionné les prisonniers à Drancy, organisé les convois.

C’est pour ça que sur les 75 000 juifs déportés depuis la France, il y a eu 95 % de d’étrangers, et que sur le total des Français juifs qui étaient restés en France, il n’y a presque pas eu plus de % de déportés que pour le reste de la population non juive.

Maurice Rafjus, Les Juifs dans la collaboration U.G.I.F. 1941-1944

https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k3336903b.texteImage


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès