• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Séraphin Lampion Séraphin Lampion 16 juin 10:07

Une autre version :

Au Moyen-Age, on était ainsi persuadé que certains jours, à minuit précise, les sorciers et les sorcières s’assemblaient dans un endroit isolé pour invoquer le diable et commettre toutes sortes d’actes abominables.

Dans ces réunions appelées « sabbat » (par dérision au rituel israélite) Satan se mêlait aux assistants, qui se livraient à d’orgies accompagnées, disait-on, de sacrifices d’enfants. De surcroît, les sorciers et les sorcières jetaient des sorts aux gens « normaux », qui n’adoraient pas le démon. Si la justice parvenait à s’emparer d’eux, les participants à ces cérémonies appelés aussi les « chats » étaient enferrés (chaines, boulets…), torturés et mis à mort, en général sur le bûcher, ou noyés.

Cette coutume des chats ferrés est à rapprocher de celle des « chats fées noirs ». Les chats Foireaux et les chats Courtauds (chats fées géants dépourvus de queue) étaient des démons qui se réunissaient au sabbat pour deviser de leur méfaits.

Mais rien ne distingue un chat domestique d’un Chat Foireaux, et adopter l’un de ces derniers amènait la perte de toute la famille. Hypocrite, il faisait mine d’être apprivoisé, mais le moment venu, il crachait dans la soupe pour empoisonner toute la maisonnée !

Il rôdait dans les cimetières où rôde la mort et, allongé près des défunts, il attendait que l’âme prenne son envol pour la saisir et l’entraîner ! Quant aux jeunes enfants... rien de plus naturel que de les étouffer dans le berceau, voire de leur dévorer les doigts !

Il fallait alors savoir protéger son chat de l’influence que pourrait avoir sur lui la rencontre avec un chat fée malfaisant en lui coupant un petit bout de queue ou d’oreille, ou lui brûler par endroit le pelage.

Il faut savoir que tout au long du Moyen-Age les chats noirs ont été accusés d’avoir conclu un pacte avec le diable. On pensait que les sorciers se transformaient en chats pour commettre leurs méfaits. Chaque année jusqu’au dix-septième siècle, en France, à la Saint Jean, des centaines de chats étaient brûlés vif dans de gigantesques bûchers.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès