• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


docdory docdory 17 juin 18:05

@ Paul Jaël

Votre article est particulièrement énigmatique, et utilise des concepts que vous ne définissez pas, ce qui serait pourtant fort nécessaire pour le lecteur néophyte.

1°) Qu’est-ce qu’une masse monétaire ? Une monnaie est une unité de prix ( par exemple une baguette de pain vaut un euro ) alors que la masse s’exprime avec une unité de masse qu’on appelle le kilogramme ( exemple : un litre d’eau a une masse de 1 kg ).

Les unités, qu’elles soient de longueur , de poids ou de prix, sont des concepts, et les concepts n’ont pas de masse en eux-mêmes ( le concept de kilogramme, par exemple, a une définition, qui n’a pas plus de masse que la feuille de papier où est inscrite officiellement cette définition ! ).

Cent euros payés en pièces de cinq centimes auront bien plus de masse que cent euros payés avec un billet de cent euros, donc la masse d’une monnaie n’est pas un critère très pertinent pour juger du prix d’une chose...

2°) Qu’est-ce qu’une vitesse de circulation de la monnaie ? Si je met une pièce dans un parcomètre, la vitesse atteinte par cette pièce de monnaie dépendra de la pesanteur terrestre et de la distance à parcourir entre la fente et le réservoir de monnaie. Généralement, la monnaie ne circule guère plus vite que la main qui la porte, sauf en cas de transaction électronique, au cours de laquelle la vitesse de circulation de la monnaie est celle du courant électrique, autrement dit très rapide.

3°) Le « niveau général des prix » est un concept qui semble ne faire pas plus de sens que les autres. Il n’y a pas de « niveau général des prix » pas plus qu’il n’y a de « niveau général des distances ». Il est bien plus cher d’acheter un Airbus A 380 qu’une baguette de pain, de même que la distance Clichy-Porte de Saint-Ouen est très inférieure à la distance Voie lactée-galaxie d’Andromède. Il est donc aussi absurde de parler de niveau général des prix que de niveau général des distances !

4°) Enfin, le « volume des échanges sur les marchés des biens » est aussi un concept énigmatique. Si l’on achète un Airbus A380, le volume échangé ( exprimé en mètres cube ) est à l’évidence plus important que le volume d’une boite d’allumettes, mais je ne crois pas que qui que ce soit puisse calculer le volume de l’ensemble des objets achetés au cours d’une année...

L’équation selon laquelle une certaine masse multipliée par une certaine vitesse ferait la même chose qu’un niveau multiplié par un volume est donc particulièrement bizarre pour le lecteur de base !

Enfin, a propos du dénommé Irving Fisher, vous dites en début d’article qu’il est mort en 1947 ( paix à son âme ), et cependant en fin d’article vous prétendez la chose suivante : «  J’ai profité de sa visite à Bruxelles la semaine passée pour l’interviewer. » 

Ce Mr Fisher aurait donc quitté son cimetière ou il était confortablement installé depuis 72 ans pour se rendre à Bruxelles pour que vous l’interviewiez ? Serait-ce un écono-zombie ? 

Evidemment, il ne faut pas s’étonner dans ce contexte que les économistes ne soient pas toujours pris au sérieux !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès