• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Robin Guilloux Robin Guilloux 28 juin 21:46

@mmbbb

Désolé, j’ai appuyé sur la mauvais bouton. Je n’ai pas d’abus à signaler !

J’ai essayé de rendre compte du texte de Nietzsche du mieux que j’ai pu, mais je suis bien conscient qu’il s’applique à la société de son temps et même au-delà (disons jusqu’aux années 70) de par son caractère visionnaire, mais pas au-delà.

Il nous faudrait un penseur de l’envergure et de la lucidité de Nietzsche pour penser notre époque (le XXIème siècle) telle qu’elle est dans son « essence », pour parler comme Husserl sans l’idéaliser ni la décrier, objectivement, mais je n’en vois pas. (si vous en connaissez, je suis preneur !) 

Michel Serres a essayé, ce n’était pas un penseur « politique » (de son propre aveu) et il partageait l’optimisme de Leibniz. Or ce n’est pas d’optimisme (l’optimisme relève de l’opinion, de la Doxa) dont nous avons besoin, mais de lucidité.

La philosophie est actuellement en retard sur l’histoire, l’économie, la science, la technologie etc. et les élèves de Terminale travaillent effectivement majoritairement sur des penseurs du XIXème siècle qui ne permettent pas vraiment de penser notre époque, y compris Marx..

La chouette de Minerve, disait Hegel, prend son envol à la tombée de la nuit. La philosophie pense toujours après coup. Quant aux médias, ils ne pensent pas.

Nietzsche a prévu le totalitarisme et la figure du « travailleur », mais il ne pouvait pas prévoir la société des loisirs, la mondialisation, le nouvel ordre mondial, Internet, l’économie de l’intelligence, etc.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès