• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


ZenZoe ZenZoe 11 juillet 09:36

@Bonjour Surya
Sait-on, ou ne sait-on pas ce qu’il aurait voulu ?


Il était infirmier, il côtoyait des patients,il savait ce que veut dire d’être allongé sur un lit pour le restant de ses jours. Il en parlait à ses collègues, lors de moments sns doute informels, dans le cadre d’une conversation comme on peut en avoir au travail tous les jours. Je ne sais pas ce qu’il leur disait exactement, mais j’imagine que c’était quelque chose comme ’’moi si ça m’arrive un jour, qu’on me débranche !". Sa femme est infirmière, il avait aussi évoqué la même chose avec elle.
Lorsque les parents se sont interposés (pour des raisons d’eux seuls connus), la justice a du trancher. Elle s’est alors appuyée pour cela sur des témoignages de proches, qui semblaient tous concorder, et sur le dosser médical (que personne hormis les médecins et les juges ont vu, je dis ça en passant parce que tout le monde croit savoir ce qu’il contient). Une convergence est apparue.

Concernant les directives écrites, que voulez-vous que je vous dise ? Il avait 30 ans, il était jeune encore, il ne l’a pas fait. Soit. Doit-on pour autant balayer les témoignages et l’avis des médecins ?
Après en effet, on peut jouer sur les mots et les circonstances ... oui mais il aurait pu changer d’avis, comment être sûr à 100% à un moment donné précis... etc. Sauf qu’avec des si, on passe à côté de la vérité non ?

Concernant la mère, que vous évoquez, d’après ce que j’en ai lu, ses raisons sont difficiles à cerner.
Vincent était brouillé avec elle depuis très longtemps (comme la majorité de ses frères et soeurs). Enfant adultérin et mal-aimé, il avait été placé en institution religieuse très tôt, et y avait subi des abus sexuels. Sa mère a toujours refusé de porter plainte et de le soutenir, excusant plutôt le prêtre. Elle a également tenté d’interner un autre de ses fils homosexuel (afin dit-elle de le guérir de sa maladie). Je dis tout cela parce que Mme Lambert, malgré tout son cinéma médiatique, malgré sans doute un amour maternel tourmenté, n’a jamais semblé faire grand cas du bien-être ni de la volonté de ses enfants. La diffusion d’images intimes de Vincent sur son lit par exemple en est un exemple.
A-t-elle fait passer une fois de plus sa foi avant son fils en allant en justice ? A-t-elle voulu contrer Rachel Lambert l’épouse, qu’elle n’aimait pas ?
Quoi qu’il en soit, ni elle ni son mari ne se sont jamais préoccupés de leur petite-fille, qu’ils n’ont jamais demandé à voir. Encore une relation gâchée.
Je ne donne pas tous ces détails un peu sordides juste pour faire des commérages, mais pour montrer que, lorsqu’il est question de tout mettre en oeuvre pour que Vincent soit traité au mieux et selon sa volonté, je ferais plus confiance à l’épouse qu’à la famille tuyau de poêle et compliquée dans laquelle Vincent a grandi. La justice, qui par deux fois a confirmé le rôle de tutrice légale de Rachel, a également pensé la même chose.
Dès lors, qui sommes-nous pour contester l’issue de cette affaire ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès