• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


arthes arthes 10 juillet 18:50

@pemile

Nous nous voyons difficilement assumer un handicap lourds, pour soi même et ses proches, donc ce genre de cas, ne vient pas à l’esprit...

Mais
Il me semble, Dans ce cas : Lorsque la personne est en mesure d’exprimer cette formule, c’est qu’elle fait une projection, elle ne se trouve pas encore en situation (tout comme lorsqu’elle signe un document signifiant sa mise à mort au cazou la tragédie la laisserait en handicap lourds.)
Dans un cas comme un autre, elle peut regretter cette décision mais ne pouvoir plus le dire ; elle peut être complètement absente aussi...« avec les pitits lapins, flotter avec les anges etc.... »

La décision revient à la famille, en concertation avec la 
médecine, dans tous les cas, c’est dans l’intimité que cela se passe...Donc, dans un cas où l’autre, pas certain que les soins soient maintenus, et pas certain qu’ils ne le soient pas.
Bon, si on est en guerre et qu’une bombe explose dans la chambre où la personne se trouve, ou que les soins lourds ne soient plus possibles, c’est réglé.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès