• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


anarchiste 11 août 00:05

apparemment selon le contributeur ’je passais par là’, asselineau est un complotiste-conspirationniste

— François Asselineau a falsifié l’Histoire de France en racontant que le sang impur dans la Marseillaise est celui des combattants :

https://www.youtube.com/watch?v=pX7v_kr8XsQ

— François Asselineau n’a pas de preuve formelle lorsqu’il raconte que Robert Schuman et Jean Monnet étaient des agents de la CIA :

https://www.youtube.com/watch?v=zy4C5AiTcIw&t=422

Il dit s’être appuyé sur la revue de vulgarisation Historia. Le lendemain de l’interview, la revue dément :

https://www.historia.fr/actu/non-robert-schuman-et-jean-monnet-n%E2%80%99%C3%A9taient-pas-des-agents-de-la-cia

Dans un petit livre intitulé « Laissez les Pères de l’Europe reposer en paix », qui a malheureusement disparu du serveur qui l’hébergeait mais dont j’ai gardé une copie, le journaliste Thierry Labro nous déroule toute l’histoire de la thèse soutenue par Asselineau. Extrait :

Titillé ce jour-là pour savoir où il [Asselineau] a bien pu trouver ce dernier élément, cet inspecteur général des impôts finit par avouer s’être inspiré de différentes sources. Puis, quelques minutes plus tard, par renvoyer vers l’article d’Ambrose Evans-Pritchard, le correspondant à Bruxelles du Telegraph.

M. Evans-Pritchard indique dans cet article du 19 septembre 2000, que Josez Retinger, Robert Schuman, alors ministre des Affaires étrangères, et l’ancien Premier ministre belge Paul Henri Spaak, pouvaient être alors considérés comme des “salariés” de la CIA.

Le journaliste est parvenu à cette conclusion à la lecture d’une étude d’un chercheur de l’université de Georgetown, à Washington, Joshua Paul, elle-même basée sur des documents déclassifiés par l’administration américaine.

Léger problème, le chercheur en question n’existe pas.

L’université de Georgetown, que j’ai contactée directement, n’a trouvé aucune trace d’un chercheur associé à cette étude...

Il n’y a donc pas de Joshua Paul mais il peut s’agir d’une erreur sur le nom. Difficile de le savoir puisque, contacté par email, le journaliste britannique n’a jamais voulu répondre à mes questions...

Reste donc un autre moyen de tenter de vérifier ses infos : consulter les documents déclassifiés de l’administration américaine à partir des références qui figurent dans son article.

Le général Donovan arrive à Londres en mars 1942 pour une mission d’intelligence économique, comme il le raconte dans les archives de la CIA. En 1944, il prépare, en temps qu’agent secret des Etats-Unis, le débarquement allié sur les plages de Normandie avant d’aller prêter main forte aux opérations dans le sud de la France, à Marseille. Dans les archives de la CIA, il existe 19 documents déclassifiés qui comportent à la fois “Donovan” et “1950” et aucun n’évoque d’hypothétiques montants alloués directement aux leaders de la construction européenne. Le chiffre passe à 551 documents, pas tous disponibles, mais aucun ne correspond non plus à celui que cite le journaliste britannique.

Un seul présente même une vision complètement opposée à cette idée. Un document stratégique de 46 pages que reçoit le patron de la CIA dans les années 1950, Allen W. Dulles. Il est daté du 13 février 1953 et signé du directeur opérationnel de la CIA, George A. Morgan. L’auteur y explique que si l’idée du plan Schuman a pu avoir un tel écho positif, c’est non seulement parce qu’elle est française que parce que les Américains ont mis les moyens qu’il fallait pour tenter de redresser l’économie européenne au sortir de la guerre, d’abord dans le cadre du plan Marshall puis ensuite en accordant des “facilités de caisse” au gouvernement français...

Un autre courrier, du général Donovan, au général Bedell Smith, du 13 octobre 1950, est encore plus éclairant sur la manière dont les choses se passent en Europe, et notamment en France avec les autorités politiques.

Evidemment, on ne parle ni du premier ni du second pour décrire la réalité de ce qui se passait en Europe à cette période-clé, au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Quant à ce fameux mémo du 26 juillet 1950, il est tout bonnement introuvable dans aucune des archives américaines, de celles qui sont ouvertes au grand public en passant par celles des historiens ou de l’administration elle-même, j’ai exploré toutes les possibilités...

Je suis personnellement allé consulter un document déclassifié de la CIA qui ne permet pas d’accréditer cette thèse (on y parle du plan Schuman comme d’une création sur laquelle on n’a pas de prise directe).

J’ai aussi essayé de retrouver la trace de Joshua Paul qui est à la source de l’article d’Ambrose Evans-Pritchard. Ce monsieur, s’il existe, n’est pas un chercheur mais peut-être une personne proche du gouvernement américain pour ce qui concerne les affaires militaires.

J’ai passé des heures et des heures de recherches pour me rendre compte à quel point cette théorie (qui n’est accréditée par aucun historien de renom) fait le buzz sur Internet alors qu’il n’y a rien de réellement tangible pour y croire. On tourne toujours autour de l’article
d’Historia et de celui d’Ambrose Evans-Pritchard, c’est tout. Le reste ne sont que des suppositions qui font dire à l’Histoire ce que l’on veut bien lui faire dire.

Vous devriez vous méfier du Sunday Telegraph, journal où travaille Evans-Pritchard. Voici en effet ce que dit Wikipedia à son sujet :

En janvier 2010, le Sunday Telegraph prend part à la polémique sur le réchauffement climatique en accusant le GIEC d’avoir fondé certaines de ses conclusions sur des sources douteuses : un travail d’étudiant et un article d’une revue d’alpinisme.

Puis VOXeurop (http://www.voxeurop.eu/fr/content/source-information/376-daily-telegraph) :

Atlantiste et antieuropéen sur le fond, pugnace et engagé sur la forme, c’est le grand journal conservateur de référence. Fondé en 1855, il est le dernier des quotidiens de qualité à ne pas avoir abandonné le grand format. Son agenda est très prisé, en raison notamment du Court Circular qui présente tous les jours les activités de la famille royale. Un autre rendez-vous très attendu est le petit dessin de Matten première page, toujours élégant et drôle. Le Telegraph est la propriété des frères milliardaires David et Frederick Barclay.

Voici un autre article expliquant pourquoi François Asselineau se trompe au sujet de Robert Schuman et Jean Monnet :

https://justpaste.it/2yhc


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès