• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Hervé Hum Hervé Hum 11 septembre 09:59

@CLOJAC

Désolé, vous n’avez manifestement pas compris ce dont je parle.

L’intelligence ou les intelligences dont vous parlez ont la même définition, c’est à dire, parlent de capacité d’action en conséquence de la connaissance, alors que la conscience, parle de sens de l’action, toujours en conséquence de la connaissance.

Autrement dit, la conscience est toujours placé avant l’intelligence et non pas après. La preuve en est qu’un abrutit peut commander à un ou même des milliers de personnes très intelligentes pour leur demander de lui donner les moyens de faire les pires saloperies. Donc, utiliser l’intelligence de ces dernier à son profit, selon son propre dessein. Car, il n’est pas demandé à ces 3 formes d’intelligences de réfléchir au sens de leur action, mais seulement aux moyens pour permettre d’atteindre le but définie par celui ou ceux qui les commandes, qui donne le sens, donc, qui détient la conscience. Cela peut être pour sauver des vies, comme pour les détruire. Permettre la concorde, comme la discorde.

Maintenant, reste bien évidemment à savoir quelle est sa propre conscience, puisque le sens de l’action ne précise pas sa nature !

C’est le sens dans lequel il faut comprendre l’aphorisme de Rabelais. Celui qui use de son intelligence pour construire des outils, sans se poser la question du sens, de l’usage de ces outils, a de fait abandonné sa conscience à d’autres.

Et de fait, l’intelligence de l’époque est inversement proportionnelle à sa conscience, c’est à dire, très pauvre. Or, comme c’est la conscience qui inquiète vraiment les élites actuelles, tant que vous ne considérez que l’intelligence, pas de souci pour eux. Leur crainte étant qu’à un moment donnée, l’intelligence mène à une prise de conscience et tout l’arsenal de propagande actuel, bien aidé par ceux qui affirment s’opposer à cette élite, consiste uniquement à interdire toute prise de conscience sur la réalité pour la maintenir dans l’imaginaire collectif, c’est à dire, où la logique causale est secondaire, alors que dans la réalité, tout obéit à la logique causale.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès