• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


phan 6 octobre 00:03

@Imhotep

L’énigme de la construction des pyramides n’est pas encore résolue entièrement ni en Egypte, ni aux Amériques. Construction par des esclaves ? c’est à prouver !

Prenons le cas des Aztèques (il n’ y a pas que des Aztèques en Amérique)
Le concept aztèque de l’esclavage était très différent de ce que Européens de temps à essayer d’établir dans leur colonies, même si elle avait beaucoup en commun avec celle de classique grecque et romaine. Tout d’abord, le statut de l’esclave était personnel, non héréditaire, de sorte que le fils d’un esclave était libre. Un esclave pouvait posséder des biens et des terres, ainsi que d’autres esclaves sous ses ordres. Les esclaves avaient le droit d’acheter leur liberté, et ils pourraient devenir proving libres d’être maltraitée, ou que son fils (ou fille) avait épousé une fille (ou fils) du maître.

Lorsque Cortez débarqua au Tabasco, les Aztèques étaient les maîtres d’une grande partie du Mexique moderne. Du plateau entourant les lagunes, leur puissance s’étendait au nord-ouest jusque vers le lac de Chapala, dans la région nommée par les Aztèques Chimalhuacan ; dans le nord-est, l’est et le sud-est, leur territoire allait du rio Panuco au rio Alvarado, à l’exception de la république de Tlaxcallan, dont ils ne purent arriver à vaincre la résistance. Dans le sud et le sud-ouest, ils atteignaient la côte du Pacifique, en contournant le pays des Tarasques (Michoacan), et exerçaient leur souveraineté sur les tribus de l’État, actuel de Guerrero et de la partie occidentale de l’Oaxaca ; enfin, une portion du Chiapas, jusqu’au volcan de Soconusco (du nahuatl xoconochco), leur appartenait. En dehors de ces limites, ils ne purent jamais exercer de pouvoir efficace, soit sur les tribus pimas du nord, soit sur les peuples mayas du midi.
Dans les limites mêmes que nous venons de tracer, leur domination n’était pas établie de la même façon que celle des nations européennes ou même des empires asiatiques de l’Antiquité. Les territoires des tribus vaincues n’étaient pas, à proprement parler, annexés, leur gouvernement intérieur n’était pas transformé du fait de la conquête aztèque. Les seules conséquences de celle-ci étaient l’obligation pour les vaincus de fournir des soldats à la confédération mexicaine et de payer tous les ans un tribut en objets manufacturés ou en produits naturels. Généralement, les Mexicains ne nommaient pas de surveillants à demeure, de gouverneurs, mais seulement des intendants qui étaient chargés de percevoir le tribut. Ainsi, les peuples vaincus conservaient la propriété de leurs territoires, seules les récoltes étaient frappées d’un impôt. Toutes ne supportaient pas patiemment ce joug : aux portes mêmes de Mexico, des villes comme Huexotzinco et Chalco étaient dans un état perpétuel de rébellion et la confédération avait les plus grandes peines à se faire obéir. Nul doute que, dans les régions éloignées du Chiapas ou du Zacatollan (Guerrero), les rentrées fussent encore plus difficiles à opérer et que la domination mexicaine fût surtout nominale.

On ne voit pas les massacres entre les populations voisines peuvent générer des génocides ? N’essayez pas de sombrer dans le déni :
Le plus grand génocide de l’histoire de l’humanité est le génocide des Indiens d’Amérique !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès