• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Pierre Pierre 8 octobre 19:29

@Spartacus
Pour votre information : le Yale World Fellow Program est une formation de quelques mois aux techniques de la communication pour servir les intérêts du libéralisme américain (globalisation). Beaucoup de brainstorming, de panégyrique du libéralisme et de l’éloge de la liberté individuelle absolue. Il ne s’agit pas de formation à un métier qui vous valoriserait, cela prendrait de longues années. On en ressort gonflé à bloc et prêt à bouffer du lion pour plaire à l’idéologie de ses mentors.
Détrompez-vous. Le but d’une société à capital est de croître et faire du profit.
La libre concurrence est un principe libéral qui oblige les entreprises à réduire le plus possible leurs coûts bien souvent au détriment de la qualité et des conditions de travail. Le coût environnemental n’est généralement pas pris en compte. (Lubrizol par exemple.)
Le consommateur est censé faire tourner l’économie mais comme son pouvoir d’achat se réduit à cause de la spirale de baisse de pouvoir d’achat, cela mêne inéluctablement vers la récession. 
Le libéralisme global est une théorie séduisante mais dès qu’elle atteint ses limites, elle fait faillite. Logiquement et suivant la stricte doctrine libérale, les banques auraient dû faire faillites en 2008 et 2009. Avec le recul, je ne sais pas si les Etats ont bien fait de les sauver mais ce que je suis sûr, c’est que que leurs faillites aurait sonné la fin du libéralisme hayekien.
Nous avons des visions différentes du libéralisme. Vous croyez à la théorie jusqu’au bout et moi, je suis un pragmatique et je n’insiste pas quand je vois que je me dirige vers une impasse.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès