• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Pierre Pierre 8 octobre 16:24

@assouline
La quasi totalité des spécialistes s’accordent pour dire que les sanctions ont eu un effet minime sur l’économie russe. C’est la chute des cours du pétrole qui est principalement responsable de la récession en Russie.
Deux ans. C’est le délai que Vladimir Poutine avait annoncé dès le début pour sortir de la crise et c’est le délai qui a été tenu. Cela a permis de commencer une restructuration de l’économie, de se mettre à l’abri de l’exclusion de SWIFT, d’entamer la dédolarisation et de se tourner vers l’Orient en pleine expansion économique. 
Le budget est à nouveau excédentaire, les réserves de change sont reconstituées et le pays n’a quasi pas de dette. Les gazoducs Force de Sibérie, Nordstream 2 et Turkish Stream vont bientôt commencer à se remplir. Les champs gaziers et pétroliers de l’Arctique vont profiter de la route du Nord-Est dés que les nouveaux pétroliers seront livrés. Cela fera énormément de recettes supplémentaires à partir de 2020.
Il y a un mécontentement en Russie pour le moment mais le bout du tunnel est en vue et les indicateur sont au vert. 
Il reste le problème de la démographie qui est équilibré pour le moment par l’immigration. Le taux de natalité est sensiblement le même qu’en France et largement supérieur à la plupart des pays de l’UE.
Le cours du rouble bas est contrôlé et n’est pas un handicap pour l’économie. Il favorise les exportations (vers l"Asie centrale) set freine les importations. Cela favorise aussi les productions locales. Ce n’est pas de si tôt que les produits européens vont revenir sur le marché russe. Ils sont devenus trop cher et ont été remplacés.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès