• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


CLOJAC CLOJAC 10 octobre 20:05

La source de tous ces maux remonte loin.

J’étais élève du primaire dans ce qu’on appelait « les colonies ». On y enseignait les valeurs de courage, d’initiative, de responsabilité personnelle et l’importance de la Patrie. C’est normal, les idées nouvelles n’étaient pas encore arrivées. Pour moi, « Sartre » était le nom d’un garagiste édenté.

Pour le secondaire en métropole, j’ai découvert un monde étrange où tout le monde avait été résistant, mais où on t’expliquait que le patriotisme était un truc de vieux schnoques ringards, et qu’il valait mieux être rouge que mort. À se demander si les Popaa n’avaient pas dans leur ADN le gène du collabo, on dirait dhimmi aujourd’hui.

Dans le supérieur, c’était encore pire. Les seuls débats tolérés étaient ceux opposant les trotszkistes aux situationnistes, mais sur le fond tout le monde était d’accord, la terre entière serait communiste avant l’an 2000. C’était inéluctable, comme le soi-disant réchauffement aujourd’hui.

J’ai rabâché la doxa afin de récolter des peaux d’ânes utiles pour la suite de ma vie, tout en pensant très fort « bande d’abrutis, je vous conchie ! » Mais hélas, nombre d’étudiants dont la soumission était le principal trait de caractère se sont laissés contaminer, avant de devenir d’ardents propagandistes, comme ces convertis propagateurs inflexibles de leur nouvelle foi.

Une anecdote amusante : en 68, des profs « révolutionnaires » ne comprenaient pas que les plus farouches contestataires qu’ils avaient formé dans la haine de la société bourgeoise et de ses institutions, remettent en cause la légitimité de leur savoir et les bousculent physiquement, exigeant le « diplôme pour tous » que le trotszkiste Jospin finira par accorder.

Alors je ne suis pas surpris par les couinements de vierges outragées de ces profs qui se font tabasser et cracher à la gueule par leurs élèves, alors qu’ils ont contribué à créer cette situation par des années de complaisances, de lâchetés et de laxisme. Traitant de facho quiconque suggérait le retour de la discipline, des sanctions, et de l’enseignement des fondamentaux à la place des amusettes du pédagogisme. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès