• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Mmarvinbear Mmarvinbear 28 octobre 2019 13:39

La décision du RU de sortir de l’union est stupide et actée dans un moment de délire populiste. Mais cela, les anglais ne s’en rendront compte que trop tard. Mais si cela leur convient, je ne m’y opposerais pas.

Il est faux en revanche de dire que l’UE est un traquenard. Le fait qu’il existe une procédure de sortie le prouve, et les anglais en goutent les délices actuellement.

Car c’est bel et bien de la faute des anglais si les choses trainent en longueur. Ce n’est pas Bruxelles qui vote contre, c’est Westminster qui aligne les refus aux offres faites grâce à l’union contre-nature de ceux qui veulent sortir sans accord avec ceux qui ne veulent pas sortir. Et parfois entre les seconds et ceux qui veulent sortir mais avec un accord.

Parce qu’il y a un long chemin pratique à emprunter entre le fait de voter leave or stay et mettre la décision en application effective. Il faut régler les problèmes liés aux étrangers, à leurs droits, aux droits des britanniques établis à l’étranger et qui, par curiosité toute anglaise, n’ont même pas eu le droit de se prononcer sur la question alors qu’ils étaient concernés au premier chef.

Est-ce démocratique, au fait ?

Passons.

Les conséquences, elles seront pleinement visibles au moment de la sortie effective, mais tout le monde est d’accord sur quelques points : l’économie anglaise va le sentir passer et surtout, ce sont les plus fragiles qui seront pénalisés.

Ceux là même qui ont voté en majorité pour le leave.

Comme quoi, il y a de l’ironie cruelle partout.

Pourquoi ?

Eh bien il suffit de relire les argumentaires des brexiteurs.

Que promettaient-ils ?

Le contrôle complet des frontières pour le RU.

Contrôle qu’ils avaient en fait depuis toujours car non signataires des accords de Shengen. Il n’y aura donc aucun changement. Si ce n’est des difficultés pour pourvoir des postes essentiels mais peu payés comme la main d’oeuvre et les infirmiers par exemple. Des postes volontairement négligés par les anglais eux-même. Il est douteux de les voir affluer pour les pourvoir puisqu’ils ne le font pas déjà, ce qui a forcé à l’immigration économique.

De meilleurs accord commerciaux.

Ce qui est fortement douteux. Pour négocier, il faut peser dans la balance et jusque là, le RU profitait des accord négociés de l’ UE avec ses 500 millions d’ habitants. Le RU en compte 70 à peu près. 

Comment imaginer peser sur les négociations avec les USA ou la Chine ? 

Oh bien entendu, Boris se pavanait avec de premiers accord conclus avec...Le Chili, le Pérou ou le Mozambique. Des poids lourds, comme vous le voyez.

On l’imagine déjà devant Trump, surtout après qu’il ait déclaré America First !

Crédible donc, comme hypothèse... Même la Norvège a prévenu Londres qu’ils étaient en train de faire une grosse connerie sur ce point.

Ce qu’il peut réaliser par contre, c’est de faire du RU un Singapour européen.

Mais ce genre d’économie ne bénéficie jamais au petit peuple car les emplois créés ne leur sont pas accessibles. Eh oui, dur de trouver une formation BAC + 6 ou 8 dans les Midlands. Cela engendrera donc une économie de quelques ultra riches et une écrasante majorité d’ultra pauvres.

Et last and least, la promesse de financer le NHS, la sécu anglaise, avec l’argent de la cotisation britannique.

Promesse affichée en gros sur de gros bus rouges à impériale qui ont tourné dans tout le royaume et qui était claironné par Boris et Nigel en choeur.

Et au final ?

Le vote acquis, ils ont juste dit que cela n’arriverait pas, qu’ils ne le pourraient pas et que donc ils ne le feraient pas.

En matière de trahison de la parole, on ne fait pas mieux ou plus rapide.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès