• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


phan 7 novembre 20:07

@Séraphin Lampion
Et voilà une belle thèse : Au Zambèze, les filles sont belles et gentilles ...

baiser 
Du latin bāsĭāre qui désignait initialement le baiser donné à des personnes respectées, par exemple au père. Le mot s’est rapidement substitué à suāvĭum (« baiser d’amour ») et à oscŭlum (« petite bouche = arrondissement de la bouche »). Le sens sexuel de baiser est attesté dès le XIIe siècle.
1 - (Transitif) Appliquer sa bouche sur le visage, sur les lèvres, sur une partie du corps d’une personne, par amitié, par amour, par civilité, par respect ; et par extension, faire le même acte à un objet. — Note d’usage : À cause de la prééminence du sens obscène, ce verbe n’est pratiquement plus utilisé actuellement dans cette acception, sauf dans quelques emplois très spécialisés tels que baiser la main d’une dame ou baiser l’anneau d’un évêque.
2 - (Intransitif) (Vulgaire) (Par euphémisme) Euphémisme de coïter, s’accoupler, copuler.
Notes
Depuis le milieu du XXe siècle, le sens « avoir des relations sexuelles » l’emporte sur l’autre ; pour éviter cette ambiguïté l’usage privilégie « embrasser » pour « donner un baiser ».

Aristocrates, vous voilà dans le bahut, 
Je baiserons vos femmes et vous serez cocus,
Aristocrates, je vous vois tous cornus.(bis) — (Anonyme, Le Tombeau des aristocrates, 1791)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès