• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


njama njama 30 novembre 10:37

L’Opération Serval (janvier 2013) s’est faite en toute légalité, mais sans « légitimité nationale » CQFD, en raison de la modification de l’article 35 de la Constitution par le Congrès de Versailles réuni le 21 juillet 2008  * sur l’initiative de Nicolas Sarkozy, président de la république et donc chef des armées. Cette modification autorise donc le gouvernement à mener n’importe quelle OPEX sans l’aval du Parlement, elle aura permis à Sarkozy de mener une guerre contre la Libye pour renverser Khadafi, puis contre la Syrie pour tenter de renverser Bachar al-Assad. Arrivé au pouvoir en mai 2012, François Hollande n’a pas abrogé cette réforme qui vidait le Parlement de ses prérogatives et de son autorité.

En conséquence de quoi, les français ne sont pas (plus) tenus d’être solidaires de toute action guerrière menée par l’armée française lesquelles ne relèvent que de la seule responsabilité du gouvernement en exercice.

* "Autrement dit, grâce à la réforme de la constitution, le gouvernement peut décider unilatéralement d’entrer en guerre et mettre le Parlement devant le fait accompli… trois jours plus tard ( !!!). Le Parlement devra attendre quatre mois pour pouvoir enfin voter sur ce sujet.
Nicolas Sarkozy et les 539 députés et sénateurs (principalement UMP) ayant voté la réforme radicale de l’article 35 sont des armes de destruction massive des intérêts du peuple français et un danger pour le reste de la communauté internationale."


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès