• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Vaietsev 19 décembre 2019 14:45

@marzhin tavernier

En admettant que rien de réel ne soit « donné », si ce n’est notre monde des désirs et des passions, que nous n’atteignons d’autre « réalité » que celle de nos instincts — car penser n’est qu’un rapport de ces instincts entre eux, — n’est-il pas permis de se demander si ce qui est « donné » ne suffit pas pour rendre intelligible, par ce qui nous ressemble, l’univers nommé mécanique (ou « matériel ») ?


Monsieur vous semblez critiquez la philosophie de Nieszche qui n’est qu’une « conséquence » à vos yeux ,du point de vue du réel pour Niestzche ,qui n’est alors que le poids du temps et de sa charge pour vous encore aujourd’hui à expliquer sa philosophie  ; je comprend alors votre explication à critiquer sa philosophie comme celle d’une « conséquence » , ce parce qu’elle est une philosophie qui pense viscéralement les tréfonds de ce qui ne se voie pas ,de l’attitude et de son penchant pour les extrèmes et d’un penchant à toujours remettre les choses en cause et rester dans le doute ,quand votre philosophie est, en s’y faisant mal à vous lire une philosophie cérébrale ,contrairement à Niestzche qui faisait une philosophie du coeur.

Et quand on fais une philosophie du coeur ,on pense juste et vrai ,et évidemment on peut faire mal de part ses propos parce que l’on peut choquer ; vous ne faites pas le mal ,vous philosopher de façon cérébrale ,pour dire vous lire et vous décortiquer est une sinécure ,quand on à pas cette lecture de la philosophie, donc à choisir entre votre philosophie et celle de Nietzsche ,je choisis celle de Nieztsche parce qu’elle s’adresse surtout au commun des mortels qui s’interesse à cette lecture ,donc à la philosophie des lumières .

Ensuite vous expliqué pourquoi ne pas se contenter « de ce qui est donné et qui n’est pas réel » ; vous remettez alors en doute toute la philosophie qui à pu se faire jusqu’a présent ,celle alors des lumières ,car c’est lorsqu’une « conséquence » se fait jour ,que celui qui s’empare de ce sujet par les cornes , d’une vie qu’il mène alors là-bas ,ce qu’était notre pays et notre monde jusqu’a hier ,peut lui permettre de pratiquer une philosophie pourrait on dire bien souvent de surréalisme ,alors bien réel ,et pas délirante ; du danger alors dans lequel les philosophes s’engage pour pratiquer leur art ,car philosopher à la façon de Niestzche ,c’est philosopher artistiquement . 

Dans vos propos ,vous ne faites qu’engager ceux qui se construise à se faire une raison de s’en remettre aux cérébraux immaculées ,donc ceux pour qui tout est plu que simple ,quand on a pas eu à subir « une conséquence »,et qui sont alors du côté de la vie ,quand de ce côté là pourtant ,il y a peu ,hier encore ,on y mourrait ,et je crois même que malgré tout ce qui peut se dire ,on y meurt toujours, quand à la face B ou face A ,(à vous de voir comme vous l’entendez), on y vis très longtemps et c’est bien ici ou là ( voyez comme vous l’entendez),que chaque citoyen va avoir la chance de se construire et devenir un quelqu’un à la façon de Niestzche.

Je suis d’accord sur tout ce que vous dites dans cette éditorial personnel si on peut l’appeler ainsi.

Il a raison en fait lorsqu’il dis qu’il « a peu confiance »dans les sytèmes et aussi ,raison quand il dis que les meilleures sont souvent ceux qui sont emplies de doute , pourtant cela ne l’a pas empecher de mourir,jeune ou vieux ,je ne le sais PAS.

Je ne sais à quel âge est mort ce philosophe et s’il a vécu longtemps .

Votre vision des choses aujourd’hui en 2019 ,me fait penser à celle que Albert CAMUS à eu sur la fin de sa vie ;vous pourriez à coup sur avoir la même vision du monde, lorsque ici ou vous vivez se trouve toute les forces du monde alors la vôtre ,une force aussi venue d’ailleurs .

Albert CAMUS à choisi l’histoire comme trame d’une vie quand pourtant il savait qu’il y perdait en écoutant pas son coeur et ou se trouvait la force .Nietzsche lui avait choisi depuis bien longtemps et s’entêtait à toujours se remettre en question sur ce qu’il savait ,car rien ne lui permettait de prendre place ,même s’il le voulait , de l’art alors que peu être devenue sa philosophie .

Vassily 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès