• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Un des P'tite Goutte Un des P’tite Goutte 12 janvier 17:59

@oncle archibald

Je suis comme vous : quand j’étais jeune, il ne venait à l’esprit de personne de ne pas obtempérer quand la police nous arrêtait. C’est toujours ma façon de faire, dans la paix et le respect, pour un contrôle routier ou quoique ce soit. J’aimerais qu’il en soit encore ainsi, cela me parait tout à fait normal.
Cependant, de l’eau a coulé sous les ponts, et aucun gouvernement n’a été foutu de préparer un ensemble de démarches, comme au Canada, comprenant enseignement sur les « habitus » d’ici, sur les lignes à ne pas franchir. 
Du côté d’immigrés au sang trop chaud, par exemple, aucune association n’aurait fait de la prévention, très peu de récents auraient accepté les règles et mœurs du pays accueillant et cela me révolte, me scandalise.
Cependant...Il y a des tenants et des aboutissants que j’ignore. Alexandre Langlois nous apprend qu’il y a, aussi dans la police, à côté des gardiens de la paix, des va-t’en guerre qui aiment en découdre dans les manifs, éborgner, frapper à terre, renverser un fauteuil roulant, tirer sur une vielle à la fenêtre, etc. 
D’où : est-ce ce genre de flics qu’on envoie dans les banlieues chaudes ?
Si c’était le cas, la conséquence est limpide : il ne serait plus possible de faire reconnaître à un nombre important de la population que la police est intègre, fiable, impartiale. De là le changement de comportement face à elle. 
Cette situation dure depuis longtemps, j’en suis scandalisé, je le répète, et reporte la faute sur quiconque arrive en pays étranger sans faire un effort d’adaptation suffisant, mais surtout sur les gouvernements avant tout qui, sous influences multiples, ont laissé pourrir la situation.


Je me rappelle avoir discuté avec un patron routier, sortant, entre le fromage et le dessert : « oui, les motards et leur conduite qui nous emm****, il méritent bien de crever, avec les risques qu’ils prennent ». Je me dis a posteriori : « voilà un bel exemple de la barbarie humaine, revendiquée, probablement inconsciente. »

J’éprouve ici un sentiment similaire à votre égard.

Et tiens, j’y pense, imaginez-vous la possibilité de l’existence d’une barbarie institutionnelle, d’état ?


La situation, comme la vie, est plus complexe que vous ne l’exposez, oncle archibald.


Puis surtout, au final : la mort pour une plaque d’immatriculation sale et un excès de nervosité (auquel le flic de base est formé, c’est son boulot).

 

Ça, Monsieur oncle archibald, est à vomir, est écœurant, innommable, dépasse tous vos arguments.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès