• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


sls0 sls0 12 janvier 17:14

Les failles au sud de l’ile peuvent donner du 7,3-7,5.

Les failles au nord du 8-8,5. Une différence d’une magnitude c’est une énergie multiplié par 30.

Il y a la magnitude mais aussi la durée qui est tributaire de la longueur de la faille, le point de rupture se déplace à 3000m/s.

Dans le nord de la RD un tremblement de 8,1 en 46 a fait un peu plus de 2400 victimes dont 1600 dues au tsunami. Peu de victimes du fait que c’était des maisons caraïbes en bois qui sont naturellement résilientes et avec un toit en végétal ou en tôle sans inertie qui ne fait pas trop de dégâts au cas où il tombe.

Louis XIV suite à un tremblement de terre avait interdit la construction en pierres à Haïti, c’est du connu.

Avant Prépetit Eric Calais avait déjà alerté.

En RD avec un âge moyen de 23 ans ça construit.

Ici les banques ne spéculent pas sur les marchés, elles construisent. J’ai vu les constructions, elle correspondent aux normes locales. Les normes locales font 64 pages à comparer aux normes européennes qui font 240 pages sans les annexes nationales.

En France le renouvellement du bâti c’est 2% par an, le tout antisismique ce sera à la fin du siècle.

Sur l’ile d’Hispagnola il y a beaucoup de constructions faites hors des clous, des murs en parpaings avec une dalle en béton de 30 à 50 tonnes comme toiture.

Pourquoi ce style de construction ? Elle résiste au cyclone.

Haïti maintenant.

Pour remboursé la dette faramineuse à la France, économiquement il y a eu un système pyramidal avec pas mal d’intermédiaires. Ce même système a servit par la suite pour rembourser les USA. Premier pays noir indépendant, ils l’ont payé très très cher.

Ce système plus ou moins efficace pour remboursé une dette a perduré sous la dictature.

Ce système fait que maintenant une banane plantain base des repas est plus chère à Haïti qu’en RD malgré des revenus agricoles plus élevés. Un agriculteur dominicain va vendre sa production avec son pic up, l’haïtien qui crève de faim attend l’intermédiaire.

Le poste tremblement de terre.

Si vous saviez un dixiême des saloperies qu’on fait les Clinton en Haïti vous auriez envie de vomir.

Ce ne sont pas les seuls.

Pour faire leurs magouilles il leur fallait un gouvernement conciliant.

Ce gouvernement ne peut subsister que dans le chaos ce qui explique l’ambiance actuelle.

Recontruire haïti.

Une pluie qui tombe sur une forêt s’infiltre doucement dans le sol.

A Haïti la pluie tombe sur des collines chauves, l’eau fait des ravines, emmène la terre arable qui se retrouve en mer où elle fait beaucoup de dégâts, sans récifs de coraux il n’y a plus trop de poissons.

Pendant deux ans j’ai aidé pécunièrement à du reboisement et construction de murs de terrasses. Mon pote local est mort et l’ambiance est devenue moins sécurisante. Empêcher l’errosion avant toutes choses. A Madagascar la démocratisation du butane a diminué le charbon de bois, en Haïti ça pourrait marcher aussi mais il y en a qui se font du fric avec le charbon de bois mais ce ne sont pas les charboniers, toujours les parasites d’intermédiaires.

De l’autre coté de la frontière c’est boisé, c’est plein de réserves qui occupent les militaires.

Je n’ai aucun scrupule à bouffer de la langouste ou du lambi, à cause des réserves ça ne manque pas. Revers de la médaille qu’est-ce que la marine est chiante, pour se ballader en mer c’est déclaration obligatoire, date, heure et destination.

Avec la protection civile locale on a regardé le bâti local.

Avec de l’intensité VII ça commence à s’écrouler pour du mal bâti (20%), avec du IX possible ici il en faudra des sacs à viande. J’ai l’habitude d’employer ISIBAT, ça permet de ne pas passer deux jours avec une maison. Quand on à l’habitude, à l’oeil on peut déjà estimer les dégâts futurs.

Une anecdote au sujet d’Haïti et du cyclone Matthew.

Comme je connais un peu, lorsqu’il y a un cyclone en approche j’essaie d’estimer la hauteur des vagues et l’onde de tempête et je refile le bébé à mon voisin de la protection civile.

J’ai la bathymétrie des cotes de l’ile, ça me prend 2 à 4h. J’en parle aussi sur un forum d’expatriés.

Matthew c’était des vagues 1,5m à l’est, 4,5m chez moi à la moitié de la cote de RD et 5-6m coté frontière.

Pour Haïti à l’ouest c’était du 11-12m d’onde de tempête.

Je me suis senti mal quand j’ai vu le nombre de victimes facilement évitable.

J’ai allumé quelques expats qui ont des liens coté Haïti. Comme réponse j’ai eu « qui prévenir ? », « j’ai fait remonté l’info » et « j’ai un pote qui a un hôtel sur la cote, la population ne savait pas qu’un cyclone arrivait »

Le chaos profite à certains, on est pas à 1000 morts près.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès