• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


Gogole Gogole 14 janvier 17:16

@velosolex

Le coucou n’est pas le seul cleptoparasite, ce genre d’animal qui se nourrit aux dépens de la production ou des réserves accumulées par une autre espèce (comme le miel produit par les abeilles, des proies capturées, ou des provisions mises de côté par les insectes coprophages ou nécrophages). Ce cleptoparasitisme, appelé aussi cleptobiose, se rencontre chez certains insectes, abeilles, scarabées, chez des araignées et chez les oiseaux qui peuvent se contenter de pondre dans le nid des autres sans aller jusqu’au poussin tueur (mouette, goëland, pluvier, faucon crécerelle), mais aussi chez les mammifères, en particulier les mammifères sociaux dont font partie les lions et les hyènes mais aussi les lycaons.

Les lions font partie des grands prédateurs qui pratiquent le plus le cleptoparasitisme et peuvent parasiter le repas d’un groupe de hyènes si ces dernières sont moins nombreuses, contrairement aux idées reçues à propos des hyènes qui ne sont pas des charognards exclusifs.

Un des grands fauves les plus touchés par cette pratique est le guépard qui est souvent pris pour cible par les lions, lycaons, hyènes et léopards car il est généralement dans l’incapacité physique de combattre un de ces animaux adultes après une chasse, et encore moins quand il fait face à un groupe. Mais il au point une stratégie pour contrer les tentatives de vol des lions et des hyènes qui consiste à hisser le produit de sa chasse sur un arbre grâce à sa musculature puissante que ne possèdent pas les autres.

Macron n’a rien inventé, mais les autres fauves feraient bien de s’inspirer du guépard.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès