• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


jjwaDal jjwaDal 12 février 19:09

Les méta analyses disponibles indiquent à la fois que le régime végan (à un moindre degré le régime végétarien) est le meilleur sur le plan de la protection et de la santé humaine et de l’environnement. Son talon d’Achille est clairement l’absence (pour simplifier) de la vitamine B12 dans les aliments communs chez les végans. La supplémentation via une production bactérienne en digesteur (souvent) est donc conseillé dans l’état actuel des connaissances. Bien sûr les amoureux de la Nature dont le style de vie la saccage copieusement au quotidien, montent aux créneaux pour stigmatiser ce recours « à la chimie ». Ce sont sans doute les mêmes qui refusent que les femmes en âge de procréer (la leur en premier bien sûr) prennent la pilule contraceptive pendant une trentaine d’année. Rien de plus naturel et de moins chimique en effet...
L’argument éculé du « je fais ce que je veux » ne tient pas au regard de l’histoire. La règlementation interdit le canibalisme, l’esclavage, la vente d’humains, le viol sur enfant ou les violences physiques, etc... Atteinte à la liberté individuelle ? Non, encadrement pour le bien commun.
Sachant que nos animaux d’élevage (intensifs ou extensifs) ont besoin de 70% de nos terres agricoles (surfaces artificialisés aux dépend de la Nature), sachant qu’il faut à la louche 10 fois plus de terre agricole per capita pour un omnivore comparé à un végan, une simple question se pose : y aurait-il un soucis quand on multiplie la surface de terre nécessaire pour nourrir un omnivore par nos effectifs ? A quel niveau de ces effectifs ?
Quelle serait la différence entre une humanité omnivore et végane en terme de captations de terres pour l’agriculture ? Et si d’aventure, chiffre couché sur le papier il s’avère que la différence représente en ordre de grandeur 20 fois la surface de la France (loups, renards, belettes, éléphants, forêts, écosystèmes entier d’un côté ou prairies et surtout champs de maïs et soja arrosés de phytosanitaires de l’autre), quel est le meilleur choix pour nous collectivement ?
Pas pour M. Michu qui se fout de notre avenir collectif comme du Code Pénal, mais pour nous tous, les générations à venir ?
J’ai bien peur pour les jouisseurs impénitents (après nous le déluge...) que la réponse règlementaire et même la Loi, tôt ou tard ne leur donne pas le choix. L’apparition d’Egalim chez nous et les discussions ouvertes ailleurs à haut niveau de taxer les produits carnés comme le tabac ou l’essence (deux autres armes de destruction massive), indiquent un changement en cours de notre attitude vis à vis de cette très mauvaise habitude (récente aux niveaux de consommation atteints).


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès