• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


En réponse à :


BuSab 15 février 2020 15:48

En baisse dans les intentions de vote, Griveaux a sciemment utilisé sa famille dans l’espoir de grappiller quelques voix. Se présentant comme un bon père de famille un mari aimant et respectueux vivant au sein d’un couple idéalisé il a étalé sa vie privée sur la place publique pour se rendre sympathique.

Seulement il a délibérément cherché à tromper ses électeurs en se présentant comme quelqu’un qu’il n’était pas ...

Les citoyens ont le droit de vérifier la parole publique de ceux qui veulent en être les représentants.

Les tromperies de Griveaux ont été révélées... bien fait pour lui !

Et que cela serve de leçon aux autres politiques :

  1. Mieux vaut ne pas utiliser votre vie privée à des fins électorales.
  2. On se fiche de savoir que vous êtes hétéro homo, sado, libertin ou gérontophile ; ce qui nous intéresse c’est votre programme !
  3. Si vous étalez votre vie privée sur la place publique, alors ne vous étonnez pas que celle-ci ne soit plus privée.
  4. Les électeurs ont le droit d’examiner et de décortiquer tout ce que vous dites en publique pour en vérifier la pertinence et la véracité ; Et s’il y a tromperie sur la marchandise malheur à vous !
  5. Ils ont donc le droit de vérifier si ce que vous dites sur votre vie privée est conforme la réalité ; si vous ne voulez pas qu’ils le fassent : n’étalez votre vie privée en publique !
  6. Si vous tenez le faire malgré tout, alors ne le faites que si vous êtes absolument irréprochable ou gare au retour à la réalité. (il faut avoir le cul propre quand on veut grimper au cocotier)

Les médias se plaignent d’une « américanisation » de la sphère publique / privée ?

Ce n’est pas faux. Les politiques américains ont été les premiers à mettre en scène leur famille à des fins électorales. Depuis quelque années des politiques français ont cru pouvoir faire de même sans en payant les contreparties que payent les politiques américains.

Les politiques sont comme des marchands de fruits et de légumes ; ils sont là pour vendre des fruits et des légumes et pas leur femme et leurs enfants.

Les acheteurs potentiels ont le droit de vérifier la qualité de ce qu’on lui propose : si le marchand se sert de sa famille comme argument de qualité alors on a le droit de vérifier la qualité de ladite famille.

Invoquer la protection de la vie privée n’est valable que pour ce que l’on veut préserver de la vie publique.

Je pourrais me présenter à une élection en prétendant que j’ai une femme magnifique et des enfants parfaits (qui vont bientôt entrer à polytechnique).

Mais si on révèle qu’en réalité je ne suis pas marié mais zoophile en ménage avec deux chèvres et une truie ; je ne pourrais pas invoquer « une atteinte à ma vie privée », car je l’avais rendu publique et sous une forme mensongère qui plus est.

« L’affaire » Griveaux n’est pas qu’on ait « dévoilé » sa vie privée, mais plutôt qu’on ait révéler la vérité sur ses propres mensonges concernant la mise en scène de sa vie privée.

Il est malheureux que sa femme et ses enfants en soient les victimes collatérales, mais la responsabilité en revient à Griveaux qui a chercher à les exposer et à les exploiter et au lieu de tout faire pour les protéger et les préserver.

(Comme cela aurait été son devoir « en bon père de famille »....)


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Palmarès